Les nouveautés A paraître Le Catalogue Le Catalogue historique Infos pratiques  Politique de confidentialité Je recherche...
On vous dit tout (ou presque) ! C'est le blog
  20 Juillet 2018
 
Ils sont parus ! Les nouveautés
On y travaille ! A paraître
Oh, des beaux livres ! Le Catalogue
Ah, la nostalgie ! Le Catalogue historique
Nous contacter ! Infos pratiques
Données personnelles Politique de confidentialité
Je recherche...
un auteur
un article
un titre
 
Hélène Aldeguer


Après le printemps

136 pages
Prix de vente : 21 €
Code Sodis : F00073
ISBN : 9782754824347


Acheter l'album en ligne



 
Planches
L'auteur
Hélène Aldeguer
de Hélène Aldeguer, chez futuropolis
Après le printemps

 
Lauréate du Prix de la Fondation Raymond Leblanc pour Après le printemps, Hélène Aldeguer signe une bande dessinée entre fiction et reportage sur la jeunesse tunisienne désabusée, deux ans après le printemps arabe. À travers le destin de Saif, Aziz, Chayma et Meriem, elle nous fait découvrir la dure réalité de leur vie.
 
2013. Deux ans après la « Révolution de Jasmin », la Tunisie est en proie à l’instabilité, incapable de se relever économiquement, avec un taux de chômage très élevé, particulièrement chez les jeunes, qui se sentent oubliés.
Saif poursuit ses études à Tunis et s’inquiète pour Walid, son jeune frère qui est chez leurs parents, désoeuvré… Aziz travaille dans un centre d’appel pour pouvoir se présenter devant la famille de Meriem, sa fiancée qui poursuit, elle, de brillantes études en droit. Chayma, après avoir assisté à l’immolation d’un jeune homme de 27 ans, songe de plus en plus à partir en France.
Tous, ils suivent avec passion les mouvements syndicaux et les appels de la rue qui se multiplient. La rue est en ébullition après l’assassinat du député de gauche Chokri Belaïd car le parti Ennahdha – le parti islamiste gagnant des élections – est accusé d’en être le responsable en ayant laissé prospérer les mouvements radicaux.

La Tunisie, vue par l’Europe comme le « succès du Printemps arabe », n’en est pour autant pas à la fin de ses revendications. Et pourtant, les jeunes qui furent les fers de lance de ce printemps tunisien sont ceux qui sont les plus touchés par la pauvreté, le chômage, la répression policière et la radicalisation…