Les nouveautés A paraître Le Catalogue Le Catalogue historique Infos pratiques  La newsletter Je recherche...
On vous dit tout (ou presque) ! C'est le blog
  14 Décembre 2017
 
Ils sont parus ! Les nouveautés
On y travaille ! A paraître
Oh, des beaux livres ! Le Catalogue
Ah, la nostalgie ! Le Catalogue historique
Nous contacter ! Infos pratiques
Abonnez-vous ! La newsletter
Je recherche...
un auteur
un article
un titre
 
Manuele Fior
Romain Gary


La vie devant soi
D'après le roman de Romain Gary
Première parution : 16/11/2017

195 x 265 mm
232 pages
Prix de vente : 26 €
Code Sodis : F00021
ISBN : 9782754821537


Acheter l'album en ligne



 
Planches
Les auteurs
Manuele Fior
Romain Gary
de Manuele Fior, chez futuropolis
Être là avec Amnesty International

Immigrants
(13 témoignages, 13 auteurs de bande dessinée et 6 historiens)

L'entrevue

Les variations d’Orsay

Moderne Olympia – Les variations d'Orsay

de Manuele Fior, , chez futuropolis
La vie devant soi

de Romain Gary, chez futuropolis
La promesse de l'aube

La promesse de l'aube

 
La Vie devant soi est l’un des plus grands romans de la littérature française. Il fallait un dessinateur exceptionnel pour l’illustrer. En découvrant le livre, nul ne doutera que Manuele Fior est l’artiste qu’il fallait.
 
Signé Émile Ajar, ce roman reçut le prix Goncourt en 1975. Histoire d’amour d’un petit garçon arabe pour une très vieille femme juive: Momo se débat contre les six étages que Madame Rosa ne veut plus monter et contre la vie parce que «ça ne pardonne pas» et parce qu’il n’est «pas nécessaire d’avoir des raisons pour avoir peur». Le petit garçon l’aidera à se cacher dans son «trou juif», elle n’ira pas mourir à l’hôpital et pourra ainsi bénéficier du droit sacré «des peuples à disposer d’eux-mêmes » qui n’est pas respecté par l’Ordre des médecins. Il lui tiendra compagnie jusqu’à ce qu’elle meure et même au-delà de la mort.

« La première chose que je peux vous dire c’est qu’on habitait au sixième à pied et que pour Madame Rosa, avec tous ces kilos qu’elle portait sur elle et seulement deux jambes, c’était une vraie source de vie quotidienne, avec tous les soucis et les peines. Elle nous le r appelait chaque fois qu’elle ne se plaignait pas d’autre part, car elle était également juive. Sa santé n’était pas bonne non plus et je peux vous dire aussi dès le début que c’était une femme qui aurait mérité un ascenseur. »


À noter que cette fin d’année verra l’oeuvre de Romain Gary à l’honneur, avec également une adaptation cinématographique de La promesse de l’aube par Eric Barbier avec Charlotte Gainsbourg et Pierre Niney.