Les nouveautés A paraître Le Catalogue Le Catalogue historique Infos pratiques  Politique de confidentialité Je recherche...
On vous dit tout (ou presque) ! C'est le blog
  20 Octobre 2018
 
Ils sont parus ! Les nouveautés
On y travaille ! A paraître
Oh, des beaux livres ! Le Catalogue
Ah, la nostalgie ! Le Catalogue historique
Nous contacter ! Infos pratiques
Données personnelles Politique de confidentialité
Je recherche...
un auteur
un article
un titre
 
Clément Belin
Costès


Fortune de mer
Un récit de Costès. Dessin et couleurs de Clément Belin
Première parution : 12/04/2018

195 x 265 mm
120 pages
Prix de vente : 20 €
Code Sodis : F00019
ISBN : 9782754821452


Acheter l'album en ligne



 
Planches
Les auteurs
Clément Belin
Costès
de Clément Belin, chez futuropolis
Au nom du fils
(Ciudad perdida)
Tome 1

Au nom du fils
(Ciudad perdida)
Tome 2

Au nom du fils

Les marins perdus

de Clément Belin, , chez futuropolis
Fortune de mer

 
Fortune de mer est un docu-fiction, raconté au plus près de la réalité du remorquage en haute mer. Les auteurs, Clément Belin et Costès, sont marins eux-mêmes. Lieutenants tous les deux, ils nous livrent, de l’intérieur, une connaissance précise et inspirée de la vie souvent bouillonnante à bord d’un remorqueur en mission…
 
La Bourdon est un remorqueur d’assistance et de sauvetage en haute mer surpuissant. La Bourdon, dont l’équipage est composé de marins de la marine marchande, a été affrétée par l’État français pour assurer la sécurité du rail d’Ouessant. C’est le dernier espoir des navires en perdition au large de la pointe bretonne. Il existe d’autres unités de remorquage, à Boulogne-sur-Mer, à Toulon, mais pour tout le monde le sauvetage en mer, c’est la Bourdon, le fameux Saint-Bernard des mers ! Cette réputation, on la doit sans doute aussi à la personnalité charismatique de son commandant, Jean-Charles Bulros, qui a à son actif le sauvetage de centaines de cargos en perdition. Jonathan, jeune lieutenant venu de Marseille, arrive à Brest pour prendre son poste sur la Bourdon. Il fait la connaissance de l’équipage, depuis le commandant jusqu’au bosco, un personnage haut en couleurs lui aussi. Enfin, c’est l’heure de quitter le mouillage, paraîtrait que le commandant soit sur un « gros coup », dit-on dans les coursives, un navire gazier de 15 000 tonnes à la dérive. Dès lors, les négociations entre le capitaine du cargo et le commandant Bulros peuvent commencer…