Les nouveautés A paraître Le Catalogue Le Catalogue historique Infos pratiques  Politique de confidentialité Je recherche...
On vous dit tout (ou presque) ! C'est le blog
  21 Novembre 2019
 
Ils sont parus ! Les nouveautés
On y travaille ! A paraître
Oh, des beaux livres ! Le Catalogue
Ah, la nostalgie ! Le Catalogue historique
Nous contacter ! Infos pratiques
Données personnelles Politique de confidentialité
Je recherche...
un auteur
un article
un titre
 
Gilles Larher
Sébastien Vassant


Les heures passées à contempler la mère
Un récit de Gilles Larher. Dessin de Sébastien Vassant
Première parution : 03/04/2019

195 x 265 mm
256 pages
Prix de vente : 27 €
Code Sodis : 790552
ISBN : 9782754816687


Acheter l'album en ligne



 
Planches
Les auteurs
Gilles Larher
Sébastien Vassant
de Gilles Larher, Sébastien Vassant, chez futuropolis
La voix des hommes qui se mirent

L'accablante apathie des dimanches à rosbif

Les heures passées à contempler la mère

de Sébastien Vassant, chez futuropolis
Frères d'ombre

Immigrants
(13 témoignages, 13 auteurs de bande dessinée et 6 historiens)

Politique Qualité

 
Sandra, trentenaire et écrivaine, tout juste larguée par son éditeur et ex compagnon, décide enfin de reprendre le roman sur sa mère qu’elle n’a pas eu le courage d’écrire…
Près de dix ans après le très remarqué l’Accablante apathie des dimanches à rosbif, Gilles Larher et Sébastien Vassant reviennent avec une comédie romantique légèrement teintée de mélancolie.
Portée par des personnages attachants, les dialogues font mouche, l’ensemble magnifié par le dessin subtil et délicat de Sébastien Vassant. L’attente en valait la peine.
 

À travers les souvenirs, les relations, et le peu de famille qui entoure Sandra, trentenaire et écrivaine, abandonnée par son éditeur et ex-mari, les auteurs abordent le délicat sujet de la création et de la filiation.

Sandra Rebourg écrit. Elle n’arrive pas à se remettre de sa récente rupture avec son ex-compagnon, Lazare Desmeaux - qui est aussi le directeur de la maison d’édition qui la publie et pour laquelle elle a quitté son premier (et plus petit) éditeur.
Alors qu’elle avait délaissé l’écriture dans l’espoir de devenir mère, elle reprend la plume pour accoucher du roman qui l’habite depuis toujours mais qu’elle n’avait pas eu le courage de s’attaquer jusqu’ici : Les Heures passées à contempler la Mère.
Un livre où elle dresse son portrait à travers celui de sa génitrice disparue.
Et pour cela, elle décide de prendre un pseudonyme pour ne pas avoir à faire avec son ex-mari d’éditeur.