Les nouveautés A paraître Le Catalogue Le Catalogue historique Infos pratiques  Politique de confidentialité Je recherche...
On vous dit tout (ou presque) ! C'est le blog
  31 Mai 2020
 
Ils sont parus ! Les nouveautés
On y travaille ! A paraître
Oh, des beaux livres ! Le Catalogue
Ah, la nostalgie ! Le Catalogue historique
Nous contacter ! Infos pratiques
Données personnelles Politique de confidentialité
Je recherche...
un auteur
un article
un titre
 
Jean-C. Denis


Luc Leroi - Plutôt plus tard
Première parution : 10/03/2016

215 x 290 mm
72 pages
Prix de vente : 16,5 €
Code Sodis : 790424
ISBN : 9782754811347


Acheter l'album en ligne



 
Planches
L'auteur
Jean-C. Denis
de Jean-C. Denis, chez futuropolis
Belém
Un mirage à l'envers

La terreur des hauteurs

Le dessein d'ELA

Le sommeil de Léo

Luc Leroi

Luc Leroi

Luc Leroi

Luc Leroi - Plutôt plus tard

Luc Leroi reprend tout à zéro

Nouvelles du monde invisible

Tous à Matha

Zone blanche

 
Près de quatre ans après la parution de Zone blanche, c’est le grand retour du Grand Prix d’Angoulême en 2012, avec son estimé personnage ; Luc Leroi. Jean-C. Denis raconte à travers lui des histoires simples qui reflètent sa vision personnelle de la vie, s’amusant du pessimisme qui l’habite.
 
Double de papier de son auteur à bien des égards, Luc Leroi revient plus alerte que jamais, dans une rencontre savoureuse avec Paul Gauguin, en 1894. Alinéa, la douce amie de Luc Leroi, a décidé de rentrer à Tahiti. Elle a le mal du pays. Pour combler le vide de sa tristesse, Luc l’emmène au musée d’Orsay voir les toiles tahitiennes de Gauguin, dont il admire l’œuvre. Alinéa finit par convaincre Luc de l’accompagner à Papeete. Celui-ci est accueilli dans la maison familiale de sa fiancée. Elle habite encore chez ses parents. Il est plus pratique d’avoir un amoureux près de la maison plutôt qu’à l’autre bout du monde… Luc cependant doit rentrer à Paris. Les parents d’Alinéa lui offrent un ukulélé. Luc Leroi se retrouve donc à Paris, son ukulélé à la main. Dans une rue déserte, il est abordé par un homme étrange, coiffé d’un chapeau melon. Le prenant sans doute pour un autre, l’homme le conduit, « pour la soirée du lundi », chez Paul Gauguin…