Les nouveautés A paraître Le Catalogue Le Catalogue historique Infos pratiques  La newsletter Je recherche...
On vous dit tout (ou presque) ! C'est le blog
  8 Décembre 2016
 
Ils sont parus ! Les nouveautés
On y travaille ! A paraître
Oh, des beaux livres ! Le Catalogue
Ah, la nostalgie ! Le Catalogue historique
Nous contacter ! Infos pratiques
Abonnez-vous ! La newsletter
Je recherche...
un auteur
un article
un titre
 
Hervé Bourhis
Halfbob


Juniors
Un récit de Hervé Bourhis dessiné par Halfbob
Première parution : 29/01/2015

215 x 290 mm
88 pages
Prix de vente : 17 €
Code Sodis : 790409
ISBN : 9782754811132


Acheter l'album en ligne



 
Planches
Les auteurs
Hervé Bourhis
Halfbob
de Hervé Bourhis, chez futuropolis
Appelle-moi Ferdinand

La main verte

de Hervé Bourhis, Halfbob, chez futuropolis
Juniors

 
Avons-nous encore le droit en 2015 de rire de la mort, du suicide, des néonazis, des dépucelages et d’une jeunesse incomprise et mal dans sa peau ?
 
Maxime et Victoire ne pensaient pas qu’ils allaient se retrouver à un moment clé de leur vie en allant à la fête de Chloé. Victoire y découvre son amoureux, Félix, dans le lit d’une autre. Elle le larguera sur Twitter. Maxime, lui, a cru bon de venir à cette fête habillé en nazi. Là, pour la première fois de sa vie, il embrasse une fille, Sarah (une gothique), qui se suicidera quelques jours plus tard dans l’indifférence quasi générale. Après un suicide raté, Victoire et Maxime larguent tout pour un concert des Dinosaur Jr à Paris. Sur la route, ils croiseront des skinheads, une fan de Dean Martin, des flics, un routier sympa, le fantôme de Sarah et peut-être même…l’Amour. La jeune génération occidentale est revue et dessinée par ce duo d’auteurs habitués des tribunes rock en bande dessinée. Bourhis & Halfbob donnent un récit drôle et noir sur les adolescents. Ils s’emparent de ces sujets sensibles et parviennent tout à la fois à nous en amuser tout en soulignant la dérive inquiétante de la jeunesse contemporaine qui ne conçoit la vie et les échanges qu’à travers le prisme des écrans Facebook ou Twitter. Et si les rapports humains n’étaient plus gouvernés que par la Toile des réseaux sociaux, le rock restera le dernier rempart pour sauver l’amour et le monde.