Les nouveautés A paraître Le Catalogue Le Catalogue historique Infos pratiques  La newsletter Je recherche...
On vous dit tout (ou presque) ! C'est le blog
  29 Juin 2017
 
Ils sont parus ! Les nouveautés
On y travaille ! A paraître
Oh, des beaux livres ! Le Catalogue
Ah, la nostalgie ! Le Catalogue historique
Nous contacter ! Infos pratiques
Abonnez-vous ! La newsletter
Je recherche...
un auteur
un article
un titre
 
Christophe Dabitch
Jean-Denis Pendanx


Jeronimus
Un récit de Christophe Dabitch. Dessin et couleur de Jean-Denis Pendanx
Première parution : 24/11/2011

240 x 300 mm
256 pages
Prix de vente : 30 €
Code Sodis : 790193
ISBN : 9782754807043


Acheter l'album en ligne



 
Les auteurs
Christophe Dabitch
Jean-Denis Pendanx
de Christophe Dabitch, Jean-Denis Pendanx, chez futuropolis
Abdallahi
Le serviteur de Dieu

Jeronimus

de Christophe Dabitch, chez futuropolis
La colonne
Tome 1

La colonne
Tome 2

La colonne

La Ligne de fuite

Le captivé

Mauvais garçons
Historias de Soleas

de Jean-Denis Pendanx, chez futuropolis
Au bout du fleuve

Le Maître des crocodiles

Svoboda!
Carnet de guerre imaginaire d'un combattant de la Légion Tchèque
Tome 1

Svoboda!
Carnet de guerre imaginaire d'un combattant de la Légion Tchèque
Tome 2

Tsunami

 
Cette édition intégrale reprend les trois tomes de Jeronimus initialement parus entre 2008 et 2010. C'est l’histoire vraie du Batavia, navire amiral de la Compagnie des Indes hollandaise au XVIIe siècle, qui fit naufrage sur des îles perdues au large de l’Australie. Dabitch retrace sur plus de 250 pages, ce drame resté célèbre en Hollande et en Australie. La flamboyance des peintures de Pendanx rend vivante et terrifiante cette histoire.
 
Le 29 octobre 1628, le Batavia quitte le port d’Amsterdam. À sa tête, le commandeur Pelsaert, sous ses ordres le capitaine Ariaen. 341 passagers ont embarqué, dont 38 femmes et enfants. Parmi eux, Jeronimus Cornelisz, un apothicaire de Haarlem qui, fuyant ses responsabilités familiales, s’est fait engager comme assistant du commandeur. Ils partent pour huit mois de mer, avec un chargement d’or, de bijoux, de pierres précieuses qui servira au commerce des épices une fois parvenus à Java. Les marins sont traités comme des esclaves. La Compagnie a établi un arsenal répressif terrifiant. Les conditions sanitaires sont dramatiques : vermine sous toutes ses formes, scorbut, gangrène… La colère gronde parmi les hommes et le basculement dans la violence paraît inévitable. Jeronimus et Ariaen profitent de la maladie du commandeur, qui ne quitte plus sa chambre, pour imaginer prendre le commandement du navire. La mort de celui-ci serait idéale mais, contre toute attente, il recouvre la santé. C’est donc une mutinerie, avec l’adhésion des hommes, qu’ils mettent alors sur pied, mais… le 4 juin, en pleine nuit, le Batavia se jette à pleine vitesse sur les récifs des îles Abrolhos au large de l’Australie. Sa coque se déchire, sa poupe est projetée en hauteur sous l’impact, l’avant du bateau s’éventre en quelques secondes. Le bateau résiste six jours. Les va-et-vient en chaloupe vers la terre sont incessants. Pelsaert et Ariaen  reprennent la mer pour aller chercher du secours. Jeronimus reste à terre et prend la tête des réfugiés. Tout au long du voyage, puis du naufrage, son évolution psychologique est saisissante. Et ni ses doutes, ni ses atermoiements, ni son sentiment de grande misère personnelle qui alterne avec celui de grandeur ne l’empêcheront de se transformer en un chef avide et violent...