Les nouveautés A paraître Le Catalogue Le Catalogue historique Infos pratiques  La newsletter Je recherche...
On vous dit tout (ou presque) ! C'est le blog
  15 Décembre 2017
 
Ils sont parus ! Les nouveautés
On y travaille ! A paraître
Oh, des beaux livres ! Le Catalogue
Ah, la nostalgie ! Le Catalogue historique
Nous contacter ! Infos pratiques
Abonnez-vous ! La newsletter
Je recherche...
un auteur
un article
un titre
 
Clément Belin
Serge Perrotin


Au nom du fils
(Ciudad perdida)
Tome 2
Un récit de Serge Perrotin. Dessin et couleur de Clément Belin
Première parution : 05/01/2012

210 x 290 mm
48 pages
Prix de vente : 15 €
Code Sodis : 790169
ISBN : 9782754806275


Acheter l'album en ligne



 
La série
Planches
Les auteurs
Clément Belin
Serge Perrotin
de Clément Belin, , chez futuropolis
Au nom du fils
(Ciudad perdida)
Tome 1

Au nom du fils
(Ciudad perdida)
Tome 2

Au nom du fils

de Clément Belin, chez futuropolis
Les marins perdus

 
Pour son deuxième album de bande dessinée, Clément Belin, dessinateur autodidacte et marin, s’est associé à Serge Perrotin pour le récit juste et poignant d’un homme simple.
Que peut faire un père quand il apprend que son fils a été enlevé par les FARC en Colombie ? Au-delà de l’exotisme, Au nom du fils est une formidable aventure humaine, qui voit son principal protagoniste transcendé par les circonstances exceptionnelles qu’il est amené à vivre.
 
Michel Garandeau est ouvrier aux chantiers navals. Pendant une pause déjeuner, il apprend que son fils Étienne a été enlevé, alors qu’il voyageait en Colombie. Les autorités tant françaises que colombiennes ont tellement l’air de patauger qu’il décide de se rendre lui-même sur place, sur le site précolombien de Cindat Perdida, au cœur de la Sierra Nevada. Lui que ne parle pas espagnol, n’a même jamais pris l’avion : une seule chose lui importe, il veut retrouver son fils !
Dans le journal de bord, qu’il tient pour sa femme, il consigne ses rencontres, avec tous ceux qui ont croisé plus ou moins brièvement, le chemin d’Étienne. Et c’est aussi l’évolution de ses sentiments à l’égard de son fils qui s’y inscrivent. Colère, révolte, incompréhension, perplexité, culpabilité, respect, autant d’émotions exacerbées par la rupture d’avec son quotidien, l’éloignement, sa solitude de voyageur.
De la ville étouffante à la forêt menaçante, Michel avance malgré le doute et la peur, car grâce aux signes de vie qu’il collecte, il reste plus déterminé que jamais à ne pas quitter la Colombie, à ne pas abandonner son fils…

Suivez toute l'actualité d'Au Nom du fils sur le blog de Futuropolis