Les nouveautés A paraître Le Catalogue Le Catalogue historique Infos pratiques  La newsletter Je recherche...
On vous dit tout (ou presque) ! C'est le blog
  27 Mai 2016
 
Ils sont parus ! Les nouveautés
On y travaille ! A paraître
Oh, des beaux livres ! Le Catalogue
Ah, la nostalgie ! Le Catalogue historique
Nous contacter ! Infos pratiques
Abonnez-vous ! La newsletter
Je recherche...
un auteur
un article
un titre
 

Collectifs
Rupestres!
Première parution : 07/04/2011

195 x 265 mm
208 pages
Prix de vente : 25,4 €
Code Sodis : 790095
ISBN : 9782754804325


Acheter l'album en ligne



 
Planches
Les auteurs
Étienne Davodeau
Emmanuel Guibert
Marc-Antoine Mathieu
David Prudhomme
Pascal Rabaté
Troubs
de Étienne Davodeau, chez futuropolis
Cher pays de notre enfance
Enquête sur les années de plomb de la Ve République

Le Chien qui louche

Les ignorants
Récit d'une initiation croisée

Lulu Femme Nue
Tome 1

Lulu Femme Nue
Tome 2

Lulu Femme Nue

Un homme est mort

de Étienne Davodeau, Troubs, chez futuropolis
Immigrants
(13 témoignages, 13 auteurs de bande dessinée et 6 historiens)

de Étienne Davodeau, Emmanuel Guibert, David Prudhomme, Pascal Rabaté, chez futuropolis
Le jour où...
1987-2012 : France Info 25 ans d'actualité

de Étienne Davodeau, David Prudhomme, chez futuropolis
Paroles de tox
12 témoignages, 16 auteurs de bande dessinée

de Étienne Davodeau, Emmanuel Guibert, Marc-Antoine Mathieu, David Prudhomme, Pascal Rabaté, Troubs, chez futuropolis
Rupestres!

de Emmanuel Guibert, chez futuropolis
Japonais

La campagne à la mer
Guibert en Normandie

Le Pavé de Paris

de Marc-Antoine Mathieu, chez futuropolis
Les Sous-sols du Révolu
Extraits du journal d'un expert

de David Prudhomme, Pascal Rabaté, chez futuropolis
La Marie en plastique

Vive la marée!

de David Prudhomme, chez futuropolis
La traversée du Louvre

Rébétiko
(La mauvaise herbe)

Rébétiko
(La mauvaise herbe)

de Pascal Rabaté, chez futuropolis
Bien des choses

Bienvenue à Jobourg!

Crève Saucisse

Jusqu'à Sakhaline

Le petit rien tout neuf avec un ventre jaune

Les petits ruisseaux

Un temps de Toussaint

de Troubs, chez futuropolis
Le Paradis... en quelque sorte
(90 jours à Bornéo)

Sables noirs
20 semaines au Turkménistan

Va'a

 
C’est un voyage, effectué sur quelque deux années, au cœur des entrailles de la Terre, dans la matrice originelle de l'Homme, vers le dessin premier, la Création au sens propre et figuré.
David Prudhomme, renommé « Le Bison », a embarqué Emmanuel Guibert, dit L'Abbé, Pascal Rabaté-Le Chafouin, Troub's-La Belette, Marc-Antoine Mathieu-Croma et Etienne Davodeau-L'Auroch, à la rencontre des grottes ornées du Paléolithique, pour observer et dessiner. Pour confronter leur regard, leurs impressions sur des œuvres millénaires, sur leurs confrères de l’âge de pierre, qui font étonnement écho avec eux, artistes du XXIe siècle...
Dans cet album, il n’y a pas que les impressions qui se mélangent ; récits et dessins faits sur place s’entremêlent au fil des pages, en une gigantesque fresque, rugueuse et protéiforme. Les voix aussi se superposent, chacune soufflant sur la parole de l’autre, en de multiples histoires.
Un livre foisonnant par six auteurs majeurs de la bande dessinée.
 
Le Paléolithique est la première et plus longue période de la Préhistoire. Elle commence avec l'apparition de l'Homme, il y a environ trois millions d’années.
L’art préhistorique est né partout dans le monde. Des images dessinées sur des cailloux, des bouts d’os, d'écorce, dans l’air, sur le sol, dans les abris sous roche, et dans les grottes profondes. Ainsi, à même la peau de la nature, l’homme du Paléolithique a signé durablement son existence sur Terre.

Le geste du dessin, qui était fait à l’époque, est le même aujourd’hui !
Alors, le réseau Clastres, puisque c’est ainsi que se baptise la petite troupe, est fébrile ! Les « six » vont pénétrer dans un univers qui n’a plus rien à voir avec ce qu’ils connaissent. Ils entrent pour voir les dessins, et c’est d’abord la grotte qui leur saute aux yeux. Un monde fragile, silencieux, obscur, humide et diablement méandreux.
« La lumière des torches dégage de grandes ombres sur les parois irrégulières. Les repères s’effacent, l’impression d’être un animal dans une matière organique, de devenir une ombre à la poursuite d’autres ombres », raconte David Prudhomme.
« Avant le feu, la grotte n’existait pas : obscure et impénétrable. Le feu a créé les ombres, a rendu possible la projection d’un autre », écrit Marc-Antoine Mathieu.
À mesure qu’ils s’approprient la grotte, la réflexion prend le pas sur l’émotion : les ombres ne sont-elles pas les premières images du monde ?
Pénétrer la grotte est un acte qui appelle déjà à de nombreuses interprétations : le ventre de la mère, l’obscurité avant la raison… La grotte vous bouscule, vous perturbe, vous interroge. C’est un monde à la fois familier, intérieur et pourtant, inconnu et angoissant.
La visite se poursuit, et ils découvrent enfin les premiers dessins d’animaux : représentation de la vie, du mouvement. Dessiner pour amuser ? faire peur ? préserver la mémoire ? raconter ? dédier ?
Spontanément, ils se mettent à dessiner, eux aussi. Tout ! Les courbes, les traits, les formes, les intentions. Ils tentent de jeter un pont entre le monde des hommes qui rangent les animaux dans des barquettes en plastique, avec celui de ceux d’avant Homère, d’avant la roue, celui du véritable chasseur. « C’est beau. Intime et intimidant ». S’ils s’approchent parfois du sens, s’ils pensent parfois comprendre, de nombreux signes et même l’absence de traces restent incompréhensibles. La compréhension du monde est à l’image de la grotte : un long chemin sinueux, obscur et un peu surnaturel.
Le parcours devient hypnotique, envoûtant, hors du temps : des lignes aux courbes entêtantes, des songes et des peurs sourdes, des visions d’homme des cavernes, des cérémonies d’ombres, des formes fantasmées, des sons amplifiés… Les dessinateurs s’interrogent : « rien à voir entre le choc que je reçois face à une scène, et la besogne maladroite à laquelle je me tue plus tard, quand je tâche de la reproduire », peut-être « suffit-il de saisir que c’est juste une histoire de vitesse et de rythme, donc de souffle »… « Les dessinateurs sont des sismographes, ils enregistrent les émotions et les restituent »

"Nous sommes, ensemble, allés dans ces grottes, nous avons exactement marché dans les pas les uns des autres, nous avons observé les mêmes fresques. Nous avons mangé ensemble, nous avons bu ensemble… Et bien sûr, nous n'avons pas vu les mêmes choses !" David Prudhomme.

Retrouvez toute l'actualité de Rupestres! sur le blog de Futuropolis