Les nouveautés A paraître Le Catalogue Le Catalogue historique Infos pratiques  La newsletter Je recherche...
On vous dit tout (ou presque) ! C'est le blog
  29 Août 2016
 
Ils sont parus ! Les nouveautés
On y travaille ! A paraître
Oh, des beaux livres ! Le Catalogue
Ah, la nostalgie ! Le Catalogue historique
Nous contacter ! Infos pratiques
Abonnez-vous ! La newsletter
Je recherche...
un auteur
un article
un titre
 
Baru


Fais péter les basses, Bruno!
Première parution : 16/09/2010

195 x 265 mm
128 pages
Prix de vente : 20,3 €
Code Sodis : 790070
ISBN : 9782754804097


Acheter l'album en ligne



 
Planches
L'auteur
Baru
de Baru, chez futuropolis
Fais péter les basses, Bruno!

Le jour où...
1987-2012 : France Info 25 ans d'actualité

The Four Roses

Vive la classe!

 
Baru, Grand Prix 2010 du festival d'Angoulême, fête sa présidene avec un livre hilarant et jubilatoire! Titre à la Audiard, personnages à la Lautner, Baru annonce la couleur: Fais Péter les basses, Bruno!, c'est la fantasia chez les truands, comme un hommage joyeux au cinéma français des années 60!
 

Comment est née l'idée de cet album ?
L'origine d'une idée reste toujours un grand mystère... J'avoue un goût prononcé pour les films de Georges Lautner et en particulier pour ses acteurs. J'aimais bien tous ces gens-là, les Lino Ventura, Michel Constantin et autre Bernard Blier. Cet album n'est pas un pastiche et surtout pas une parodie, car on ne peut pas parodier des films qui relèvent déjà de la parodie !

Vous opposez les truands de la vieille école et les petites frappes d'aujourd'hui ?
Mes gangsters sont un peu surannés... Cela m'amusait de confronter des voyous modernes à cette pseudo-aristocratie de la pègre des années 1950. Mais je pense que les truands de cette époque étaient aussi orduriers et méchants que les nôtres ! A cause des films de Lautner, cette imagerie du truand à l'ancienne née dans les années d'après-guerre a persisté jusqu'à aujourd'hui. Elle est presque inscrite dans notre patrimoine culturel... Depuis, il y a eu un film comme Scarface qui a donné naissance à un culte incroyable. On a vu apparaître une nouvelle génération de gangsters qui n'ont plus du tout les mêmes repères. Dans l'album, je joue de cette opposition sur un mode léger. Je l'utilise comme un lieu commun pour les besoins du scénario.

C'est un clin d'œil au cinéma de Lautner, mais revu et corrigé à la lumière de la fracture sociale...

L'album lui rend hommage, un hommage discret, mais j'ai ajouté à cette référence une problématique contemporaine. Je n'ai pas pu m'empêcher de parler de la clandestinité aujourd'hui et de mettre en scène un gamin qui vient en France pour trouver un travail. Quand j'ai commencé, j'avais envie d'une histoire qui ne ressemble pas à mes histoires habituelles. Je me demandais si j'étais capable d'écrire un scénario de pure fiction qui ne me rattache à rien de ce que j'ai pu connaître. J'étais complètement étranger à ce que j'allais raconter et je me suis vraiment amusé... Mais au bout d'un moment, j'ai introduit des préoccupations plus « sérieuses ». Je suppose que je ne peux pas procéder autrement ! Je me serais sans doute ennuyé si je ne l'avais pas fait...

 
L'histoire commence dans un petit village africain. Ousmane Traoré, célèbre footballeur de passage au pays, repère un gamin doué d'un talent exceptionnel balle au pied. Le gamin s'appelle Slimane. Ousmane lui prédit un bel avenir sur les terrains de fouteballe, mais à une condition : qu'il accepte de faire le voyage en Europe. Et voilà comment Slimane se retrouve planqué dans la soute d'un avion, avant de sauter à terre à l'atterrissage et de se mettre à courir pour échapper aux flics. Il court, court, court sans s'arrêter, sur les voies du périph, à travers champs, il court à s'en faire péter le cœur. Et il devient... travailleur clandestin pour de basses et rudes besognes.
Pendant ce temps-là, Zizou sort de prison. Zizou ? Non, pas le Zinedine Zidane adulé des foules. Un autre Zinedine, lascar de banlieue coupable de quelques peccadilles. A peine dehors, il s'empresse de régler les affaires courantes : renouveler sa garde-robe et dessouder celui qu'il accuse de l'avoir fait coffrer. Ensuite, il décide de se consacrer à son grand projet : mettre la main sur un fourgon de la Brinks et ses 7 ou 8 millions, sans escorte, car à Noel ils sont en manque de personnel. Son coup ultime, « pour finir peinard, en attendant le cimetière, comme une retraite, quoi ».
Le problème, c'est que Zizou a autant de cervelle que de scrupules. Pour réussir son coup, il a besoin d'aide...


Retrouvez toute l'actualité de Fais péter les basses, Bruno! sur le blog de Futuropolis