Les nouveautés A paraître Le Catalogue Le Catalogue historique Infos pratiques  La newsletter Je recherche...
On vous dit tout (ou presque) ! C'est le blog
  18 Décembre 2017
 
Ils sont parus ! Les nouveautés
On y travaille ! A paraître
Oh, des beaux livres ! Le Catalogue
Ah, la nostalgie ! Le Catalogue historique
Nous contacter ! Infos pratiques
Abonnez-vous ! La newsletter
Je recherche...
un auteur
un article
un titre
 
Appollo
Oiry


Une Vie sans Barjot
Un récit d'Appollo. Dessin et couleurs de Oiry
Première parution : 10/03/2011

200 x 285 mm
64 pages
Prix de vente : 16,25 €
Code Sodis : 724196
ISBN : 9782754803427


Acheter l'album en ligne



 
Planches
Les auteurs
Appollo
Oiry
de Appollo, Oiry, chez futuropolis
Pauline (et les loups-garous)

Une Vie sans Barjot

 
L’un est connu pour La Grippe coloniale, avec le dessinateur réunionnais Huo-Chao-Si, et L’Île de Bourbon, avec Lewis Trondheim ; l’autre pour ses Passe-Murailles, avec Cornette, et Capsule Cosmique, dont il fut l’un des fondateurs.
C’est grâce à feu ce mensuel de BD jeunesse qu’Appollo et Oiry se sont liés d’amitié, après s’être connus à distance lors des débuts de l’Internet et d’un newsgroup qui regroupait une poignée de passionnés de BD.
Pauline et les loups-garous, qui fut leur premier album ensemble, évoquait déjà le passage à l’âge adulte.
Avec Une Vie sans Barjot, une comédie intimiste et enlevée, ils poursuivent l’exploration de leur terrain de jeu commun : les joies et les affres de l’adolescence.
 
Mathieu a 18 ans tout juste, il vient d’avoir son bac. Demain, il quitte sa province pour aller étudier à Paris. Pour sa dernière nuit, là, dans la ville de son adolescence, il est bien décidé à faire la fête, il n’a pas l’intention de rentrer chez lui avant le matin, il veut marquer le coup !
D’abord  au « Bateau ivre », un bar rock où joue Noémie, dont il est secrètement amoureux depuis la seconde. Là, il croise Christophe, son meilleur pote, un doux rêveur, un poète qui envisage de devenir romancier, cinéaste, peintre et dessinateur de BD et qui, pour l’heure, a décidé de partir dès demain pour le Congo, sans surtout prévenir ses parents. Il y a Barjot aussi, de son vrai prénom Jean-Mohamed. Une casquette vissée au crâne, des lunettes collées sur le nez, un skate greffé sous le bras, au mieux aux pieds, « laid comme un singe » (dixit Mathieu), il vit au jour le jour, et n’est pas du tout décidé à vieillir, ni à arrêter ses délires. Faut dire qu’il a ses raisons : « La vie est une saloperie. Et il n’y a qu’un moyen de lutter contre cette pute. C’est d’être con. Si t’es un bon gros débile, tu es plus fort que la chierie de la vie ! »
Après le concert, Noémie invite Mathieu à une fête chez Marion. Après maintes tergiversations, il décide d'y aller. En compagnie de Barjot, il leur faut d’abord traverser la ville endormie, pour se rendre chez Fred, qui sera sûrement d’accord pour les y amener en voiture. Fred, c’est le mec le plus cool qu’il connaisse ! Il fume de la beuh sans cesse et se balade en slip.
La musique, la littérature, les bières, les clopes, les docks, les putes, les clodos, les bagarres… au bout de cette longue nuit d’été, il y aura eu un voyage initiatique, quelques désillusions et un passage à l’âge adulte : Mathieu aura pressenti que sa vie ne sera plus jamais la même…

Toute l'actualité d'Une Vie sans Barjot est sur le blog de Futuropolis


Sélection officielle 2012 (Festival international de bande dessinée d'Angoulême)