Les nouveautés A paraître Le Catalogue Le Catalogue historique Infos pratiques  La newsletter Je recherche...
On vous dit tout (ou presque) ! C'est le blog
  29 Juin 2017
 
Ils sont parus ! Les nouveautés
On y travaille ! A paraître
Oh, des beaux livres ! Le Catalogue
Ah, la nostalgie ! Le Catalogue historique
Nous contacter ! Infos pratiques
Abonnez-vous ! La newsletter
Je recherche...
un auteur
un article
un titre
 
Hervé Bourhis
Christophe Conty
Christian Durieux


Appelle-moi Ferdinand
Un récit d'Hervé Bourhis et Christophe Conty. Dessin et couleurs de Christian Durieux
Première parution : 27/08/2009

215 x 290 mm
64 pages
Prix de vente : 16,25 €
Code Sodis : 724085
ISBN : 9782754802406


Acheter l'album en ligne



 
Planches
Les auteurs
Hervé Bourhis
Christophe Conty
Christian Durieux
de Hervé Bourhis, Christophe Conty, Christian Durieux, chez futuropolis
Appelle-moi Ferdinand

de Hervé Bourhis, chez futuropolis
Juniors

La main verte

de Christian Durieux, chez futuropolis
Être là avec Amnesty International

Geisha ou Le jeu du shamisen
Tome 1

Immigrants
(13 témoignages, 13 auteurs de bande dessinée et 6 historiens)

La Maison d'Éther

Le captivé

Le Pont

Un Enchantement

 
Comment réagir quand on sait que l’on va mourir ? À travers le personnage d’Oscar, homme raisonnable qui, face à ce compte à rebours fatal, décide de prendre sa vie à contre-pied, de s’amuser, mais surtout de régler ses comptes avec sa famille, Hervé Bourhis, Christophe Conty et Christian Durieux signent un récit au plus près du nerf, de la vie. C’est, pour reprendre l’expression de Durieux un véritable « feuilleté d’émotions ».
 
Ça ne va pas fort pour Oscar Lehmann. Il se sait atteint d’un cancer, aucun espoir de guérison. Alors pour ses derniers mois, ce père de famille tranquille, cet employé consciencieux, a décidé de se prendre en main. Oscar en a marre d’être raisonnable. Marre de marcher droit, quitte à envoyer paître les fâcheux qui gravitent autour de lui depuis des années. Quitte également à louer une chambre de bonne pour être tranquille, ou retrouver la professeur de français qu’il avait aimé en secret une vingtaine d’années auparavant… Plus de temps à perdre, c’est aussi l’heure de régler ses comptes avec sa famille et surtout avec son père, un peintre célèbre et égocentrique qui l’a étouffé toute sa vie…

Mourir sans avoir eu le temps de… Voilà une accélération du temps extrême et irréversible. Qui n’en a jamais éprouvé l’angoisse ? Et qui n’a jamais éprouvé cet affranchissement étrange et ambigu que suscite la perspective de ne plus avoir à rendre de compte ?