Les nouveautés A paraître Le Catalogue Le Catalogue historique Infos pratiques  Politique de confidentialité Je recherche...
On vous dit tout (ou presque) ! C'est le blog
  12 Novembre 2019
 
Ils sont parus ! Les nouveautés
On y travaille ! A paraître
Oh, des beaux livres ! Le Catalogue
Ah, la nostalgie ! Le Catalogue historique
Nous contacter ! Infos pratiques
Données personnelles Politique de confidentialité
Je recherche...
un auteur
un article
un titre
 
Christian Perrissin


La Colline aux mille croix
Un récit de Christian Perrissin écrit avec Déborah Renault
Première parution : 11/06/2009

220 x 298 mm
72 pages
Prix de vente : 15,25 €
Code Sodis : 724054
ISBN : 9782754802154


Acheter l'album en ligne



 
Planches
L'auteur
Christian Perrissin
de Christian Perrissin, chez futuropolis
Geisha ou Le jeu du shamisen
Tome 1

Geisha ou Le jeu du shamisen
Tome 2

Geisha ou Le jeu du shamisen I, II

Kongo
Le ténébreux voyage de Józef Teodor Konrad Korzeniowski

La Colline aux mille croix

Martha Jane Cannary I, II, III
La vie aventureuse de celle que l'on nommait Calamity Jane

Martha Jane Cannary (1852-1903)
La vie aventureuse de celle que l'on nommait Calamity Jane
Tome 1

Martha Jane Cannary (1852-1903)
La vie aventureuse de celle que l'on nommait Calamity Jane
Tome 2

Martha Jane Cannary (1852-1903)
La vie aventureuse de celle que l'on nommait Calamity Jane
Tome 3

Martha Jane Cannary (1852-1903)

Paroles de tox
12 témoignages, 16 auteurs de bande dessinée

Une vie
Winston Smith (1903-1984). La biographie retrouvée
Tome 1

Une vie
Winston Smith (1903-1984). La biographie retrouvée
Tome 2

Une vie
Winston Smith (1903-1984). La biographie retrouvée
Tome 3

Une vie
Winston Smith (1903-1984). La biographie retrouvée
Tome 4

Une vie I, II

 
Pour son premier livre d’auteur complet, Christian Perrissin, qui a signé le récit du magnifique Martha Jane Cannary,
a choisi de raconter l’histoire d’une autre femme en quête de liberté : Luce de Mirail, qui osa défier en 1588 le puissant seigneur de Rocmirail.
Dans ce récit historique, inspiré du mythe d’Antigone, Christian Perrissin se révèle un dessinateur impressionnant.
 

Tu es connu comme scénariste, et on découvre un dessinateur impressionnant. Pourquoi donc avoir caché aussi longtemps ce talent ?
J'ai longtemps été complexé avec mon dessin. Je m'obstinais à vouloir travailler à l'encre et ça ne donnait jamais rien de concluant. Un jour, un ami cinéaste me commande une illustration pour son site internet. C'était urgent et je l'ai réalisée au crayon gras sans prendre le temps de me poser de question. Et quelque chose s'est passé ce jour-là. Non seulement ce dessin avait plus de force qu'à l'encre mais j'avais éprouvé du plaisir à le faire, ce qui ne m'arrivait jamais avec le pinceau ou la plume.

Luce de Mirail a-t-elle réellement existé ?
Elle n'est que pure invention, avec Déborah, nous voulions donner une impression de vécu, entre légende et réalité. Nous avons cherché à comprendre le quotidien de cette époque, aux confins du Rouergue. Une vie austère dans une campagne sauvage et qui l'est restée.

 S’attaquer au mythe d’Antigone, n’est-ce pas périlleux?
Ce qui nous séduisait dans le personnage d'Antigone, c'est sa détermination. Antigone symbolise la résistance face à la tyrannie, quitte à le payer de sa vie.
Nous avons choisi le contexte des guerres de Religion dans le Rouergue car la région a été durement secouée au cours des cinquante années qui ont suivi la Saint-Barthélémy. Montauban était le fief du protestantisme.
Luce comprend que l'antagonisme entre protestants et catholiques n'est qu'un prétexte pour éliminer sa famille, et elle se met en résistance.

 
En 1460, dans l’austère province du Rouergue, Luce est la jeune veuve du seigneur de Mirail. Pourtant elle décide, telle Antigone, de pleurer la mort de son frère, tué dans le duel qui l’opposait à son défunt époux.
L’affront est terrible pour les de Mirail. Mais, Luce est prête à défier toutes les conventions, toutes les traditions, jusqu’à s’opposer au tout puissant seigneur de Rocmirail. Son châtiment sera à la hauteur de sa détermination.
En ces temps troublés, elle devient, alors, objet de vénération pour les catholiques et d’exécration pour les protestants.

Des siècles plus tard, Louis Huret découvre ce que fut toute son histoire.
Celle de Luce de Mirail, qu’on surnomma l’Antigone de la Basse Marche du Rouergue.