Les nouveautés A paraître Le Catalogue Le Catalogue historique Infos pratiques  Politique de confidentialité Je recherche...
On vous dit tout (ou presque) ! C'est le blog
  6 Avril 2020
 
Ils sont parus ! Les nouveautés
On y travaille ! A paraître
Oh, des beaux livres ! Le Catalogue
Ah, la nostalgie ! Le Catalogue historique
Nous contacter ! Infos pratiques
Données personnelles Politique de confidentialité
Je recherche...
un auteur
un article
un titre
 
Troubs


Le Paradis... en quelque sorte
(90 jours à Bornéo)
Un récit écrit et dessiné par Troub's
Première parution : 21/11/2008

170 x 225 mm
240 pages
Prix de vente : 25,4 €
Code Sodis : 717199
ISBN : 9782754801690


Acheter l'album en ligne



 
Planches
L'auteur
Troubs
de Troubs, chez futuropolis
Immigrants
(13 témoignages, 13 auteurs de bande dessinée et 6 historiens)

La longue marche des éléphants

Le Paradis... en quelque sorte
(90 jours à Bornéo)

Mon voisin Raymond

Rupestres!

Sables noirs
20 semaines au Turkménistan

Va'a

 
En 2005, Troub’s a remonté le fleuve Mahakam sur l’île de Bornéo pour aller à la rencontre des indiens Dayaks. Communicant avec les autochtones par le dessin, il nous relate cette expérience unique au pays des réducteurs de têtes, partagé entre illusion et désillusion. Avec un bracelet de perles au bras, son passeport Dayak et son carnet à dessins comme dictionnaire, Troub’s suit le fleuve pour aller de villages en villages. Il fera des rencontres étonnantes, mais découvrira aussi que même à Bornéo, la civilisation occidentale est présente.
 
Rites ancestraux et soirées karaoké rythment la vie des autochtones. « Troub’s a eu la bonne idée, ou la chance, de pousser jusqu’à Long Apari et de s’y poser quelque temps, d’y vivre, d’y respirer l’air du temps qui passe, un peu de l’air d’antan. » Explique Bernard Sellato ethnologue et spécialiste de Bornéo, dans sa préface. « …Long Apari est resté un havre de paix relative, où la vie coule encore au rythme des travaux agricoles, comme le fleuve à celui des crues et étiages. Des chiens, des chats, des poules, mais pas de « hello mister ». Bien sûr, la télé est là, incontournable, se substituant aux veillées de contes à la torche de résine, elle-même remplacée par le néon. Mais au-delà de Long Apari, il n’y a plus rien, on ne peut pas aller plus loin. On croit, en remontant aux sources du fleuve, pouvoir remonter le temps. Mais ce temps n’est plus… Voici donc une savoureuse chronique d’un fleuve et du temps qui coule. »
Grand bourlingueur, Troub’s ne part jamais sans son matériel de dessin : « En voyage, j'ai toujours sur moi des carnets de tailles différentes pour dessiner, et un petit pour écrire. Tout commence là, je note assidûment, obsessionnellement peut être, tout ce qui me fait réagir, sans aucune censure. J'accumule et c'est un vrai plaisir. Ensuite, de retour dans mon atelier, j'essaye d'y mettre de l'ordre. Pour ce livre, j'ai commencé par reprendre mes écrits pour en faire un texte cohérent et lisible par n'importe qui, un journal de bord. Ensuite, j'ai placé les croquis fait sur place, un peu comme des illustrations du texte. Et pour finir, j'y ai inclus des pages de bd, des strips, aux endroits où cela me paraissait importun. »