Les nouveautés A paraître Le Catalogue Le Catalogue historique Infos pratiques  Politique de confidentialité Je recherche...
On vous dit tout (ou presque) ! C'est le blog
  21 Août 2019
 
Ils sont parus ! Les nouveautés
On y travaille ! A paraître
Oh, des beaux livres ! Le Catalogue
Ah, la nostalgie ! Le Catalogue historique
Nous contacter ! Infos pratiques
Données personnelles Politique de confidentialité
Je recherche...
un auteur
un article
un titre
 
Jean-C. Denis


Nouvelles du monde invisible
Première parution : 09/10/2008

185 x 265 mm
168 pages
Prix de vente : 21 €
Code Sodis : 717194
ISBN : 9782754801645


Acheter l'album en ligne



 
Planches
L'auteur
Jean-C. Denis
de Jean-C. Denis, chez futuropolis
Belém
Un mirage à l'envers

La terreur des hauteurs

Le dessein d'ELA

Le sommeil de Léo

Luc Leroi - Plutôt plus tard

Luc Leroi reprend tout à zéro

Nouvelles du monde invisible

Tous à Matha

Zone blanche

 
Jean-C. Denis fait ici l’éclatante démonstration qu’il a du nez !

Jean-C. Denis de son écriture tout en nuances nous entraîne dans les délicates volutes du cinquième sens, le plus furtif, l’odorat. Un livre de nouvelles où senteurs et parfums se jouent de la mémoire et des autres sens.

Un livre touché par la grâce des arômes, remarquablement écrit et dessiné.

Par petites touches délicates et odorantes, il nous parle, finalement, de la vie, et avec quel talent !
 
Est-ce que ça sent bon ? Est-ce que ça sent fort ?  Y a-t-il des « bonnes » et des « mauvaises » odeurs ? Des puanteurs qui nous soulèvent le cœur aux arômes subtils qui nous séduisent, tout est affaire de goût, si l’on peut dire, de moment, de culture. L’odorat joue de multiples rôles, excitant ici notre appétit, nous alertant là d’un danger. Il ravive la mémoire, provoque des émotions. Bref, les odeurs nous mènent par le bout du nez. Et pourtant l’organe olfactif, mille fois plus sensible, dit-on, que celui du goût, est de moins en moins sollicité par l’homme, et l’odorat est, de tous nos sens, celui que nous négligeons le plus souvent.
Ce n’est pas le cas de Jean-C. Denis qui nous fait ici l’éclatante démonstration qu’il « a du nez ». En composant ses Nouvelles du monde invisible, par petites touches délicates, il nous fait sentir ces odeurs familières que nous croisons chaque jour, sans toujours y prêter attention. Il nous régale de ces petits moments qui sont le sel de l’existence. Au fond, il nous parle de la vie.
Et s’il se met en scène lui-même, pour la première fois de façon aussi explicite, Jean-C. Denis ne se met en avant qu’avec la pudeur que confère la distance de l’élégance.