Les nouveautés A paraître Le Catalogue Le Catalogue historique Infos pratiques  Politique de confidentialité Je recherche...
On vous dit tout (ou presque) ! C'est le blog
  19 Mai 2019
 
Ils sont parus ! Les nouveautés
On y travaille ! A paraître
Oh, des beaux livres ! Le Catalogue
Ah, la nostalgie ! Le Catalogue historique
Nous contacter ! Infos pratiques
Données personnelles Politique de confidentialité
Je recherche...
un auteur
un article
un titre
 
Jules Feiffer


Je ne suis pas n'importe qui!
Récit et dessin de Jules Feiffer
Première parution : 06/09/2007

180 x 225 mm
232 pages
Prix de vente : 24,4 €
Code Sodis : 717178
ISBN : 9782754801508


Acheter l'album en ligne



 
Planches
L'auteur
Jules Feiffer
de Jules Feiffer, chez futuropolis
Je ne suis pas n'importe qui!

 
Je ne suis pas n’importe qui ! regroupe six nouvelles de Jules Feiffer, l’un des auteurs majeurs de la bande dessinée américaine.

Étonnement méconnu en France, Futuropolis (et aussi Joëlle Losfeld) entame la publication de l’œuvre de ce fringuant presque octogénaire. (Il n’est jamais trop tard pour bien faire !)
 

Jules Feiffer l’a dit…

«¿Hefner avait vu mes dessins dans le Village Voice et m’a écrit avant même que ne soit publié mon premier succès, Sick, Sick, Sick. Il a commencé par publier certaines des histoires que j’avais en cours, avant de me demander de travailler spécifiquement pour lui.

C’était les tout débuts de Playboy, avant qu’Hugh Hefner, un type charmant et enthousiaste, n’ouvre des clubs et possède la célèbre Villa Playboy… Il gagnait déjà bien sa vie. Il aimait les dessinateurs, c’est pour cela qu’il a fait travailler les meilleurs, comme Harvey Kurtzman.¿»

« Will Eisner représente beaucoup de choses pour moi. Pas uniquement parce que j’ai écrit quelques histoires du Spirit sur la fin, car ce n’était pas mon invention, mais la sienne…
Mais quand il a fallu que je réalise mes propres histoires, j’ai naturellement repris à mon compte ce que j’aimais chez lui, pour l’accommoder à  ma sauce. »

 
Six nouvelles, six petits contes humoristico-philosophiques, comme Sempé nous a habitués à en faire, ou plus récemment Blutch, dont la filiation est évidente.

Ella est ramoneur. Sa vie est triste et elle ne rêve que d’être une star glamour. La fée du quartier va l’aider dans cette entreprise, et Ella devient Passionella, la reine de la nuit. Mais les paillettes apportent-elles réellement le bonheur ?    

À quatre ans, Munro reçoit une convocation pour se rendre au service militaire. Bon gré, mal gré, il se rend à la caserne, un peu surpris au début, Munro s’adapte aux jeux militaires (manœuvres, corvées…). Mais rapidement dépassé, il essaie de faire comprendre qu’il n’est qu’un enfant. Là, il tombe sur un os. Ce n’est pas possible, l’administration militaire ne peut pas se tromper… En 1960,  Gene Deitch adapte Munro en dessin animé. Le film reçoit l’Oscar du Meilleur court-métrage d’animation.

« J’ai pratiquement appris à lire avec les dessins de Jules Feiffer.
J’y ai appris beaucoup sur le timing, et le rythme. »
Neil Gaiman