Les nouveautés A paraître Le Catalogue Le Catalogue historique Infos pratiques  La newsletter Je recherche...
On vous dit tout (ou presque) ! C'est le blog
  15 Décembre 2017
 
Ils sont parus ! Les nouveautés
On y travaille ! A paraître
Oh, des beaux livres ! Le Catalogue
Ah, la nostalgie ! Le Catalogue historique
Nous contacter ! Infos pratiques
Abonnez-vous ! La newsletter
Je recherche...
un auteur
un article
un titre
 
Franck Bourgeron


Aziyadé
D'après le roman de Pierre Loti. Récit et dessin de Franck Bourgeron. Couleurs de Claire Champion
Première parution : 08/02/2007

215 x 290 mm
128 pages
Prix de vente : 19,3 €
Code Sodis : 717094
ISBN : 9782754800785


Acheter l'album en ligne



 
Planches
L'auteur
Franck Bourgeron
de Franck Bourgeron, chez futuropolis
Aziyadé

La Sainte Trinité
Fantaisie religieuse

L'Obéissance

 
Le XXe siècle finissant,les élites européennes s’abandonneront avec délice aux charmes d’un Orient érotisé et scintillant, alors même que l’EmpireTurc, essouflé et englué dans la corruption, vit avec faste et nonchalance ses dernières heures.

Aziyadé est une grande histoire d’amour tragique… (car les histoires d’amour finissent mal, en général…)

Pierre Loti l’écrivit en 1879 en souvenir de la passion qui l’unit à Aziyadé, jeune femme appartenant au harem d’un dignitaire turc.

Près de 130 ans plus tard, Franck Bourgeron est tombé sous le charme de cette histoire qu’il nous fait revivre avec la même passion…
 

« Il y a quelques années, j’ai entendu à la radio une lecture de Aziyadé par Daniel Mermet.
J’ai vraiment été charmé par la langue de Pierre Loti, son côté répétitif, morbide et romantique.

C’est une belle histoire d’amour dans un contexte historique intéressant. C’est la fin de l’empire Ottoman. Mais ce qui me plaisait c’était de raconter comment un officier anglais (rappelons qu’à cette époque, l’empire britannique est le « maître du monde ») peut tout lâcher pour prendre la nationalité turque et devenir simple batelier sur la mer Noire.

Curieusement, Loti, dont c’est l’un des premiers romans, et qui s’inspire de sa véritable histoire, a choisi d’appeler son personnage Loti, mais en a fait un officier anglais.

Le livre comporte une sorte de dilettantisme dans sa construction. Des personnages apparaissant dans une scène, peuvent très bien disparaître à tout jamais. Mais, je le répète, quel beau texte ! J’ai essayé d’être le plus fidèle possible,
le ton peut paraître un peu suranné, on n’a pas l’habitude de ça en bande dessinée. J’espère que les lecteurs ne seront pas trop déconcertés."

 
De passage en Grèce, à Salonique (alors sous domination turque), Loti, jeune et sémillant lieutenant de la marine anglaise aperçoit, derrière les barreaux d'une fenêtre de harem, le visage d'Aziyadé, belle et jeune odalisque aux yeux verts. Dès lors, il ne vit plus que pour elle. « Aziyadé est âgée de dix-huit ou dix-neuf ans, elle est capable de prendre des résolutions extrêmes et de les suivre coûte que coûte, jusqu’à la mort… »

Leur liaison amoureuse, née au milieu des parfums et des mystères  de l'Orient, culminera à Stamboul (quartier de Constantinople) dans le déchirement et le sacrifice.

Loti quitte par amour la marine anglaise et entre au service de la Turquie le 10 mai 1876. Il est tué dans les murs de Kars le 27 octobre 1877…

Le récit se déroule sur une toile de fond historique oubliée : la crise des Balkans, la guerre turco-russe. (En 1878, le traité de San Stefano obligera l’empire Turc à se retirer de ses possessions occidentales.)



Pierre Loti

Pierre Loti est un écrivain français, né à Rochefort en 1850. Officier de marine, ses voyages ont inspiré beaucoup de ses romans. On lui doit notamment  Ramuntcho et Pêcheur d’Islande.

En 1877, lors d’un séjour en Turquie, il rencontre Aziyadé, une jeune femme appartenant au harem d’un dignitaire turc. Ils vécurent une très grande histoire d’amour. Avant le départ de Pierre Loti, Aziyadé confectionna une bague en utilisant ses propres bijoux
qu’elle lui offrit. Plus tard, quand il put revenir à Constantinople, il découvrit qu’elle était morte de chagrin.
En 1879, il écrit Aziyadé et en 1892, Fantôme d’orient, ultime hommage à la femme qui ne cessa jamais de hanter son cœur.

Il est mort en 1923 à Hendaye et est enterré dans l’île d’Oléron.