Les nouveautés A paraître Le Catalogue Le Catalogue historique Infos pratiques  La newsletter Je recherche...
On vous dit tout (ou presque) ! C'est le blog
  12 Décembre 2017
 
Ils sont parus ! Les nouveautés
On y travaille ! A paraître
Oh, des beaux livres ! Le Catalogue
Ah, la nostalgie ! Le Catalogue historique
Nous contacter ! Infos pratiques
Abonnez-vous ! La newsletter
Je recherche...
un auteur
un article
un titre
 
Matthieu Blanchin
Christian Perrissin


Martha Jane Cannary (1852-1903)
La vie aventureuse de celle que l'on nommait Calamity Jane
Tome 1
Un récit de Christian Perrissin. Dessin de Matthieu Blanchin
Première parution : 10/01/2008

215 x 290 mm
128 pages
Prix de vente : 22,25 €
Code Sodis : 717069
ISBN : 9782754800587


Acheter l'album en ligne



 
La série
Planches
Les auteurs
Matthieu Blanchin
Christian Perrissin
de Matthieu Blanchin, , chez futuropolis
Martha Jane Cannary I, II, III
La vie aventureuse de celle que l'on nommait Calamity Jane

Martha Jane Cannary (1852-1903)
La vie aventureuse de celle que l'on nommait Calamity Jane
Tome 1

Martha Jane Cannary (1852-1903)
La vie aventureuse de celle que l'on nommait Calamity Jane
Tome 2

Martha Jane Cannary (1852-1903)
La vie aventureuse de celle que l'on nommait Calamity Jane
Tome 3

Martha Jane Cannary (1852-1903)

de Matthieu Blanchin, chez futuropolis
Quand vous pensiez que j’étais mort
Mon quotidien dans le coma

de Christian Perrissin, chez futuropolis
Geisha ou Le jeu du shamisen
Tome 1

Kongo
Le ténébreux voyage de Józef Teodor Konrad Korzeniowski

La Colline aux mille croix

Paroles de tox
12 témoignages, 16 auteurs de bande dessinée

Une vie
Winston Smith (1903-1984). La biographie retrouvée
Tome 1

Une vie
Winston Smith (1903-1984). La biographie retrouvée
Tome 2

Une vie
Winston Smith (1903-1984). La biographie retrouvée
Tome 3

Une vie I, II

 
Martha Jane Cannary est certainement l’une des personnalités les plus connus des États Unis d’Amérique, sous le nom de Calamity Jane. Mais qui est-elle réellement ?

Christian Perrissin et Matthieu Blanchin se sont penchés sur les écrits de Calamity Jane, Les Lettres à sa fille, et sur de nombreux autres écrits pour nous raconter la vie de cette aventurière, célèbre, mais assez méconnue, qui a croisé le Général Custer, et dont le grand amour se nommait Wild Bill Hickok.
Mais c’est avant tout le portrait d’une femme que les auteurs dévoilent au-delà du mythe dans cette trilogie intimiste à grand spectacle.    
 

Vous avez travaillé jusqu’ici dans des registres assez différents. Qu’est-ce qui vous a donné envie de travailler ensemble ?    

Matthieu Blanchin : C’est le dessinateur Yves Got qui nous a mis en relation. Il avait été notre professeur de BD, à Paris pour Christian et à Lyon pour moi. Yves Got savait que je cherchais à explorer autre chose après mes 2  récits autobiographiques en bd. Il savait aussi que je piétinais  depuis quelques temps à tenter l’adaptation  de divers contes. Dans les 2 jours qui ont suivis notre première rencontre , Christian m’a envoyé par la poste un exemplaire des « Lettres de Calamity Jane à sa fille » : coup de foudre ! J’ai immédiatement rappelé Christian qui lui avait en tête un projet d’adaptation depuis des années. Ces lettres nous ont permis de faire converger notre désir jusqu’alors plus ou moins confus de ce que l’on cherchait en fait tous les deux : une collaboration très structurée qui permettrait toutefois « l’impossible » : garder une souplesse dans la réalisation, écriture et dessin  et ce, jusqu’au bout !

- N’est-ce pas paradoxal de faire un western, genre grand spectacle par excellence, avec un dessinateur réputé intimiste ?

Christian Perrissin :  L'envie, c'était justement de ne pas faire un western, mais le portrait d'une femme qui refuse de se soumettre au dictat des hommes. Martha Jane Cannary s'est battue jusqu'au bout de sa vie pour échapper à ce carcan et elle y a laissé sa santé. Le dessin de Matthieu est idéal pour un portrait intimiste. Un exemple, Martha Jane Cannary n'était pas très belle. Avec un dessin classique et réaliste, on aurait eu du mal à accepter une héroïne un peu moche, alors que le dessin de Matthieu le permet. Ou bien quand il s'agit d'évoquer l'intimité d'une femme mise à mal par les conditions rudimentaires de la vie en convoi,  eh bien là où dessin trop réaliste ne passe pas, le trait de Matthieu rend les choses à la fois drôles et touchantes.

- Quelles sont les difficultés rencontrées pour raconter en bande dessinée une histoire vraie ?

Christian Perrissin : Avec Calamity Jane, la difficulté c'est surtout qu'elle a raconté tellement de choses fausses sur son compte que personne ne sait vraiment ce qu'a été sa vie. Pour ne pas trop inventer, il a fallu faire des recoupements entre divers bouquins qui parlent d'elle ou d'autres personnages comme Wild Bill Hickok, ou Custer, et voir si ce qu'elle raconte concorde avec les dates et les lieux. C'est rarement le cas. Alors on imagine, on fait des ellipses, tout en ne perdant pas de vue que l'on brosse avant tout le portrait d'une femme dans l'ouest américain de la seconde moitié du XIXe.Dans le roman Deadwood (de Pete Baxter), dont a tiré la série TV, Calamity est décrite comme une espèce de clocharde, analphabète et alcoolique. Mais si l'on considère que les Lettres à sa fille sont bel et bien d'elles, alors on ne peut pas imaginer un seul instant que Calamity ait pu être à la fois la loque de Deadwood et l'auteur d'un si beau texte. D'ailleurs, si l'on s'en réfère aux quelques photos d'elles qui existent, on la voit toujours bien sapée, le visage de plus en plus esquinté par l'alcool au fil des ans, certes, mais posant toujours avec fierté devant l'appareil.

Matthieu Blanchin : La difficulté majeure a été de suffisamment  apprendre à connaître  Martha Jane, de suivre sa trace  pour pouvoir s’en éloigner puisqu’on ne voulait pas faire une biographie. Prendre ce recul nous été indispensable pour nous autoriser à transposer la vie passionnante de cette femme. Nous proposons un portrait subjectif d’un personnage qui , il ne faut pas l’oublier,  se mystifiait elle même de son vivant. Elle relate dans ses lettres  avoir raconté plus d’une fois des bobards aux journalistes venus l’interviewer.
Cette difficulté première était donc de nous documenter sur son environnement social, affectif, historique etc. … Quelle vie possible pour une femme occidentale dans la 2ème moitié du 19 ème siècle dans ces territoires sauvages ?

 
Née le 1er mai 1852 dans le Missouri, elle est l’aînée d’une famille de six enfants. Ses parents, de pauvres agriculteurs décident de tout abandonner pour aller vers l’Ouest, à Salt Lake City, où vit la plus grande communauté mormone. Elle a 15 ans quand ses parents meurent. Élevant seule sa fratrie, elle se retrouve contrainte de  les abandonner pour ne pas avoir à se marier avec un homme qui la convoite.
Sa vie aventureuse commence. Un peu partout sur les territoires des Wyoming, Dakota et Montana, on repérera le passage de cette extravagante jeune femme, cocher de diligence un jour, serveuse de saloon le lendemain, cow-girl, sage-femme, poseur de rails… mille petits boulots qui contribueront à lui tailler une réputation sulfureuse dans un Ouest à la fois sauvage et puritain et qui lui vaudront son surnom.


Prix Ouest-France Quai des bulles 2008