Les nouveautés A paraître Le Catalogue Le Catalogue historique Infos pratiques  Politique de confidentialité Je recherche...
On vous dit tout (ou presque) ! C'est le blog
  21 Août 2019
 
Ils sont parus ! Les nouveautés
On y travaille ! A paraître
Oh, des beaux livres ! Le Catalogue
Ah, la nostalgie ! Le Catalogue historique
Nous contacter ! Infos pratiques
Données personnelles Politique de confidentialité
Je recherche...
un auteur
un article
un titre
 
Jean-C. Denis


Le sommeil de Léo
Récit, dessin et couleurs de Jean-C. Denis
Première parution : 11/01/2007

225 x 290 mm
96 pages
Prix de vente : 17 €
Code Sodis : 717030
ISBN : 9782754800259


Acheter l'album en ligne



 
Planches
L'auteur
Jean-C. Denis
de Jean-C. Denis, chez futuropolis
Belém
Un mirage à l'envers

La terreur des hauteurs

Le dessein d'ELA

Le sommeil de Léo

Luc Leroi - Plutôt plus tard

Luc Leroi reprend tout à zéro

Nouvelles du monde invisible

Tous à Matha

Zone blanche

 
Tout d’abord, un zeste de légèreté, puis, une cuillerée de drame, deux pincées d’humour noir, saupoudré d’élégance… Bien mélanger.

Avec Le Sommeil de Léo, Jean-Claude Denis revient à la comédie, mais attention, une comédie tout en légèreté et finesse ! Bien loin du monde de brutes que la bande dessinée propose souvent.
Dans la justesse aussi. Car comment ne pas lire un livre de Jean-C. Denis sans être séduit
 par "ses" femmes, ou reconnaître dans ses personnages quelqu'un de son entourage.

On imaginerait facilement ce vaudeville filmé par Alain Resnais.
 

Jean-C. Denis, écrivain de bande dessinée

« Dans Quelques mois à l’Amélie, le personnage principal était en échec, mais ce n’était pas spécialement par manque de talent. Je lui accorde le crédit d’avoir fait des choses bien. Il connaissait plutôt un long passage à vide.

Dans Le Sommeil de Léo, Melvin est le prototype de l’entrepreneur actuel, il est sur un créneau porteur. C’est typiquement le genre de mec qui me fait fuir. Il n’a pas de recul, il est arrogant, désagréable. Face à lui, Léo est en échec total. C’est la confrontation de ces deux personnages qui m’intéressait. »

 
Melvin Méricourt est le jeune patron (forcément dynamique) d'une société de meubles en carton.
Bien qu'il s'apprête à signer un gros contrat avec la Finlande, les déboires s'accumulent.
Les finances sont dans le rouge et la banque menace de fermer le compte. De plus, Kikka, une ravissante étudiante-traductrice finnoise reste totalement insensible à son charme (ce dont ce macho, séducteur impénitent n'a pas l'habitude). Il n'est même plus en état de se rendre compte que sa charmante assistante, Anita, en pince sérieusement pour lui… c’est dire.

S’il y a une chose que Melvin déteste, c’est ne pas être maître de la situation.

Un soir, il accepte (il ne sait pas pourquoi) d'accompagner Anita et sa copine Sophie au spectacle d'un hypnotiseur, le grand Jirinikof. Il emmène avec lui Léo, un vieux "pote" du lycée de Bordeaux. Léo qui vient de débarquer comme ça, sans crier gare, chez Melvin.
Et puis voilà que le fameux Jirinikof a choisi le Léo pour une petite démonstration.
Et le mage de music-hall commence son hypnose sur le pauvre Léo. On peut dire que cela marche bien sur Léo… Mais, il y a comme un problème. Léo, il n’en sort pas de l’hypnose. Le voici, les yeux grands ouverts en état de veille paradoxale !
Melvin se retrouve avec ce zombie loser qui tape l'incruste sur les bras. Et ça, ça l’énerve Melvin. D'autant plus que Kikka et Anita s’opposent à ce qu’il s’en débarrasse en l'abandonnant à l'hôpital.

Manquerait plus que la police s'en mêle. Flûte, la voilà !