Les nouveautés A paraître Le Catalogue Le Catalogue historique Infos pratiques  La newsletter Je recherche...
On vous dit tout (ou presque) ! C'est le blog
  18 Décembre 2017
 
Ils sont parus ! Les nouveautés
On y travaille ! A paraître
Oh, des beaux livres ! Le Catalogue
Ah, la nostalgie ! Le Catalogue historique
Nous contacter ! Infos pratiques
Abonnez-vous ! La newsletter
Je recherche...
un auteur
un article
un titre
 
Blutch


C'était le bonheur
Récit et dessin de Blutch
Première parution : 08/09/2005

180 x 220 mm
160 pages
Prix de vente : 19,3 €
Code Sodis : 717007
ISBN : 2754800085


Acheter l'album en ligne



 
Planches
L'auteur
Blutch
de Blutch, chez futuropolis
C'était le bonheur

La Beauté

La volupté

 
Pour son premier livre chez Futuropolis, Blutch, l'un des auteurs les plus originaux et importants de la bande dessinée actuelle, propose un livre de chroniques
douces-amères, de petites histoires sur les incertitudes humaines…
Plus libre que jamais de toutes contraintes, il poursuit son exploration des sentiments humains à travers ce nouveau récit.
 

«Dans C’était le bonheur, je tente de décrire à travers de courtes scènes, des historiettes ou
des dessins uniques, la débâcle du couple, l’implosion de la famille, la dérive des continents qui en résulte.
Papa, maman, enfants perdus dans l’espace.
C’est un état des lieux que je voulais ironique, aigre, parfois même angoissant et, je l’espère, drôle aussi.
Le dessin au stylo à bille permet un trait rapide, vif, allusif, sans fioritures. C’est du dessin «direct» sans crayonné préalable. Je voulais être au plus près de l’idée, au plus près de l’écriture.
En entamant ce projet, j’avais plus en ligne de mire le dessin d’humour que la bande dessinée
proprement dite. J’ai pensé à des dessinateurs tels que Sempé, William Steig ou encore
Saul Steinberg. »

 
Un cabot sans allure, vraiment minable… une fille qui passe, vraiment inaccessible…
Une autre fille qui danse, qui danse et danse encore. Les délices d’un chagrin d’amour.
La traque du grand frisson. Elle et lui qui se déchirent, et l’enfant qui veut bien les écouter, mais quand même, ils sont pas obligés de lui piquer ses feutres à lui pour ça, et puis la cantine, lui, il aime pas, et puis il y a aussi…
Les après-midi au parc, pour prendre l’air, les mamans qui s’ennuient gentiment, les papas qui draguent un peu, les canards sur le lac, le bain, la télé et le dîner, le temps qui passe, les amours qui s’effilochent, l’enfant qui grandit, le papa qui vieillit, et les femmes, elles sont si belles, les femmes, si jolies…
Oui, bien sûr, les femmes…