En librairie les 8 et 29 janvier

Nvtes-8-janvier-150px

Les deux premiers livres de l’année 2015 sont puissants, chacun à sa manière : dans I comb Jesus, et autres reportages africains, Jean-Philippe Stassen parle des enfants soldats, des migrants, de la violence du monde… dans Quand vous pensiez que j’étais mort, Matthieu Blanchin raconte son incroyable et douloureuse expérience du coma dans lequel il a sombré, à la suite d’une tumeur au cerveau.

*
*
*
*
*
*

EN LIBRAIRIE LE 8 JANVIER

I comb Jesus, et autres reportages africains, de Jean-Philippe Stassen

I comb Jesus est un livre de reportages « africains ». Au cœur de tous ces reportages : les migrations des victimes de la guerre et de la misère…

De juillet 2007 à septembre 2013, Jean-Philippe Stassen a réalisé cinq reportages, pour  XXI et La revue dessinée , regroupés et présentés dans I comb Jesus (« Je peigne Jesus »). Ces reportages ont été effectués au Rwanda, au Congo, en Belgique, en Espagne, au Maroc, en France et en Afrique du Sud.

Dans tous ces reportages, Jean-Philippe Stassen écoute et dialogue avec d’anciens enfants-soldats de la région du Kivu, des rescapés du génocide rwandais, des Congolais, des Burundais et des Rwandais de Bruxelles, des migrants à Gibraltar ou encore, à Johannesburg, avec le peintre et dessinateur sud-africain Anton Kannemeyer. Ils disent l’exil, la guerre et la misère, mais aussi l’amour, la tendresse, l’ambition, l’ennui. La vie.

Jean-Philippe Stassen ne prétend pas à l’objectivité, il n’hésite pas à donner son point de vue, à dire son énervement : « C’est sans doute mon pacifisme primaire qui fait que je me suis toujours méfié de la guerre. » Mais il le fait sans fard, sans ostentation, sans posture. Il ne se prend pas non plus pour Tintin. Hergé, écrit-il, « plaquait les clichés de son époque sur un pays qu’il n’avait jamais visité. » Lui réfute d’emblée les clichés pour raconter les pays qu’il connaît, notamment ceux de l’Afrique des Grands Lacs. Avec un sens aigu de l’observation, une écriture simple et magnifique et un dessin d’une subtile et fine acuité. De tous les journalistes-dessinateurs ou documentaristes en bande dessinée, Jean-Philippe Stassen est certainement l’un des plus singuliers…

de Jean-Philippe Stassen, chez Futuropolis: avec Sylvain Venayre, Coeur des ténèbres, de Joseph Conrad et L’Île au trésor, d’après Robert-Louis Stevenson

*********************************************************************************************************************************

Quand vous pensiez que j’étais mort, mon quotidien dans le coma, de Matthieu Blanchin

En 2002, Matthieu Blanchin est victime d’une attaque cérébrale qui le laissera dix jours dans le coma. Dans cet étonnant récit en bande dessinée, il témoigne de son expérience fabuleuse et de son difficile retour à la vie normale pour lui et sa famille. Une expérience rare qui impose un traitement singulier de son histoire où l’essence de son dessin se trouve affranchie. Un livre baroque et insolite pour une histoire vraie. Un livre nécessaire aussi.

« - Dans quel état m’avez-vous trouvé quand je suis arrivé aux urgences la nuit de mon opération ?!
-  Hrm ?! Vous voulez savoir ça aussi ?! Habituellement on n’opère pas un MORT … »

Jeanne va avoir 2 ans. Matthieu Blanchin est heureux de fêter l’anniversaire de sa fille mais il est en proie à de violents maux de tête, vomissements et aveuglement qui le conduisent à l’hôpital. C’est une tumeur au cerveau. Il faut l’opérer dans l’urgence. Matthieu Blanchin tombe dans le coma. Trépané, il a eu besoin de raconter son passage dans la mort, son coma et l’existence qui s’en est suivie. Parce qu’un médecin lui a conseillé d’écrire ses souvenirs hors du commun, Blanchin signe ici un récit dessiné autobiographique étonnant : un témoignage singulier de cette parenthèse de vie qui, pendant longtemps, l’a rendu incapable du moindre dessin.

De Matthieu Blanchin, chez Futuropolis: avec Christian Perrissin, Martha Jane Cannary, la vie aventureuse de celle que l’on nommait Calamity Jane (3 tomes)

EN LIBRAIRIE LE 29 JANVIER


Ordures, tome 2, de Stéphane Piatzszek et Olivier Cinna

Parce qu’ils mettent les mains dans les poubelles de la vie, pour les autres ce sont des «ordures» !

Moudy l’Africain et Alex le blanc travaillent dans un centre de tri d’ordures ménagères en banlieue parisienne. Ils rencontrent Samir, vendeur de cigarettes de contrebande qui pour se payer de faux papiers avait cherché à les voler lors d’un deal d’herbe. Ils deviennent amis. Ils seront un temps soudés par la fraternité des proscrits dans le Paris des petites frappes et des grandes misères, marchant ensemble en marge d’une société qui ne leur permet pas de s’intégrer. Mais ce singulier trio va pourtant exploser dans la poudrière du drame social … Comme des funambules, Moudy, Alex et Samir clopinent sur le bord de la vie. Une manifestation de sans-papiers au cours de laquelle Moudy tue un vigile, et c’est le tourbillon terrible de la mort qui commence. Mais pour Samir, la sortie, c’est vers le soleil du Sud, avec Cheyenne, belle Gitane au sourire brûlant… L’écriture tangible, tendue de Piatzszek s’articule au plus proche du pinceau effilé d’Olivier Cinna. Un récit fort, en noir et blanc, dans les contrastes des identités des personnages, où l’amour entré comme par effraction va avoir le dernier mot ; Une histoire subtile et âpre qui pourrait bien être vraie !

Des mêmes auteurs, chez Futuropolis : Ordures, tome 1 et Fête des morts

Du même scénariste : Tsunami, avec Jean-Denis Pendanx et L’Or, tome 1 avec Frédéric Bihel

*********************************************************************************************************************************

Juniors, d’Hervé Bourhis et Halfbob

Avons-nous encore le droit en 2015 de rire de la mort, du suicide, des néonazis, des dépucelages et d’une jeunesse incomprise et mal dans sa peau ?

Maxime et Victoire ne pensaient pas qu’ils allaient se retrouver à un moment clé de leur vie en allant à la fête de Chloé. Victoire y découvre son amoureux, Félix, dans le lit d’une autre. Elle le larguera sur Twitter. Maxime, lui, a cru bon de venir à cette fête habillé en nazi. Là, pour la première fois de sa vie, il embrasse une fille, Sarah (une gothique), qui se suicidera quelques jours plus tard dans l’indifférence quasi générale. Après un suicide raté, Victoire et Maxime larguent tout pour un concert des Dinosaur Jr à Paris. Sur la route, ils croiseront des skinheads, une fan de Dean Martin, des flics, un routier sympa, le fantôme de Sarah et peut-être même…l’Amour. La jeune génération occidentale est revue et dessinée par ce duo d’auteurs habitués des tribunes rock en bande dessinée. Bourhis & Halfbob donnent un récit drôle et noir sur les adolescents. Ils s’emparent de ces sujets sensibles et parviennent tout à la fois à nous en amuser tout en soulignant la dérive inquiétante de la jeunesse contemporaine qui ne conçoit la vie et les échanges qu’à travers le prisme des écrans Facebook ou Twitter. Et si les rapports humains n’étaient plus gouvernés que par la Toile des réseaux sociaux, le rock restera le dernier rempart pour sauver l’amour et le monde.

D’Hervé Bourhis, chez Futuropolis : Appelle-moi Ferdinand, avec Christophe Conty et Christian Durieux et La Main verte

*********************************************************************************************************************************

Racket, de Stéphane Levallois

Attention, la lecture de Racket n’est pas anodine. RÉCIT INTÉGRALEMENT MUET. À Paris, de nos jours. En rentrant de l’école, une jeune fille se fait voler son téléphone portable et reçoit un coup de poignard à l’abdomen. Courageusement, en silence, elle retourne chez elle et s’effondre dans les bras de son père. S’en suit alors une lutte contre la mort qui rôde autour d’elle ; Une longue histoire de combat pour la vie, pour la jeune fille et son père.

Rares sont les auteurs qui savent à ce point transmettre des émotions en se passant de mot. Stéphane Levallois est de ceux-là. Par la force de son dessin, il nous entraîne dans un monde violent et silencieux et déploie en quelques planches un univers étrange et pénétrant. Racket est un album atypique et intérieur. Levallois a griffé sur de multiples carnets, case après case, son récit ; Un travail de détails où l’auteur distille une émotion grandissante à l’encre de chine, à l’aquarelle aussi, traçant des traits au plus proche de l’écriture et au plus proche de son sujet. Roman graphique aux lignes saillantes et expressives, Racket est un récit aigre sur notre environnement citadin parfois violent et chahuté. C’est aussi l’illustration des angoisses d’une adolescente fragilisée par l’agressivité de la ville ; la distorsion des images laisse un livre curieux et bouleversant, comme il en va des obsessions et des émotions d’une jeune fille en devenir.

Du même auteur, chez Futuropolis : Le Dernier modèle et La Résistance du sanglier

*********************************************************************************************************************************

Retrouvez tous ces auteurs et leurs nouveautés sur le stand Futuropolis, du 29 janvier au 1er février, sur le festival international de la bande dessinée d’Angoulême !

http://www.futuropolis.fr/festival-international-de-la-bande-dessinee-dangouleme


I comb Jesus ©Futuropolis 2015
I comb Jesus -page 3 ©Futuropolis 2015
I comb Jesus -page 4 ©Futuropolis 2015
I comb Jesus -page 5 ©Futuropolis 2015
I comb Jesus -page 6 ©Futuropolis 2015
I comb Jesus -page 7 ©Futuropolis 2015
Quand vous pensiez que j'étais mort ©Futuropolis 2015
Quand vous pensiez que j'étais mort - page 3 ©Futuropolis 2015
Quand vous pensiez que j'étais mort - page 4 ©Futuropolis 2015
Quand vous pensiez que j'étais mort - page 5 ©Futuropolis 2015
Quand vous pensiez que j'étais mort - page 6 ©Futuropolis 2015
Quand vous pensiez que j'étais mort - page 7 ©Futuropolis 2015
Ordures, tome 2 ©Futuropolis 2015
Ordures, tome 2 ©Futuropolis 2015
Ordures, tome 2 ©Futuropolis 2015
Ordures, tome 2 ©Futuropolis 2015
Ordures, tome 2 ©Futuropolis 2015
Ordures, tome 2 ©Futuropolis 2015
Juniors ©Futuropolis 2015
Juniors ©Futuropolis 2015
Juniors ©Futuropolis 2015
Juniors ©Futuropolis 2015
Juniors ©Futuropolis 2015
Juniors ©Futuropolis 2015
Racket ©Futuropolis 2015
Racket ©Futuropolis 2015
Racket ©Futuropolis 2015
Racket ©Futuropolis 2015g
Racket ©Futuropolis 2015
Racket ©Futuropolis 2015

Publié le 8 janvier 2015 - Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,


  • 0

  • +

  • 5152
    Notez cet article
    Merci
    Une erreur s est produite