En librairie le 7 et le 14 février

MOTHERFUCKER2_COVER.qxd:Mise en page 1

Le mois de février, c’est le mois pour pour trouver l’amour, pour se battre pour ses droits et pour se perdre dans le plus grand parc d’attraction de la galaxie…

.
.
.
.
.
.
.
.
.
Tout sauf l’amour, de Pierre Makyo, Toldac et Frédéric Bihel

Pour sauver sa fille d’un état dépressif permanent, un père a tout tenté. Tout… sauf l’amour ! Il cherche donc à la marier…

Avec son rythme enlevé, ses dialogues pleins d’esprit, ses personnages attachants, ses ressorts dramatiques et son dessin élégant, Tout sauf l’amour est une comédie sentimentale qui réjouie et donne le sourire, autant que celles que les Américains savent si bien faire au cinéma.

 José Alcano, neurologue, la trentaine qui fait tourner la tête aux filles, dirige une agence matrimoniale d’un genre nouveau. Révolutionnaire, même ! Mettant à profit ses connaissances, à l’aide de vidéos et de capteurs sensoriels, il mesure les réactions du système nerveux central des candidats, qu’il complète par des analyses sanguines hormonales. En fait, il dissèque les mécanismes névrotiques et hormonaux de l’amour pour faciliter les rencontres ! Antoine de Beaumont, assureur, très riche et veuf, vit seul avec sa fille Nina, 26 ans, prof de mathématiques, qui souffre de neurasthénie — José la qualifiera d’ « anhédonique » ! — suite au décès tragique de sa mère quand elle était enfant. Antoine, qui adore sa fille, a tout tenté pour la sortir de son état pathologique : 13 psychanalystes ou psychothérapeutes, 4 comportementalistes, 2 magnétiseurs, voyages, cures, stages et sports en tout genre, il a tout tenté, tout… sauf l’amour. C’est dans le cadre de son métier et dans des circonstances qui lui donnent l’avantage, qu’il a rencontré José et que l’idée, de lui confier sa fille, lui est venue. Il pense que c’est sa dernière chance et fait un chantage honteux auprès du jeune homme, afin qu’il accepte et surtout réussisse cette mission impossible : marier sa fille ! L’affaire, on s’en doute, ne sera pas de tout repos pour José. Quiproquos, chausse-trapes, rebuffades, les obstacles vont s’accumuler sur le chemin qui mènera Nina, peut-être, à trouver l’amour …

Pour découvrir les 20 premières pages: http://www.futuropolis.fr/le-nouveau-makyo-bihel-en-avant-premiere

Des mêmes auteurs, chez Futuropolis:

Exauce-nous, réédité avec une nouvelle couverture, en librairie le 7 février

.
.
.
.

.

Urban, tome 2, Luc Brunschwig et Roberto Ricci

Luc Brunschwig signe là une grande série d’anticipation, ciselant un scénario d’orfèvre, qui pointe les dérives de notre société. Quant à Roberto Ricci, il donne corps et vie au monde d’Urban dans un style flamboyant et virtuose, qui n’est pas sans rappeler celui de Juan Gimenez, l’un de ses maîtres…

Dans un futur pas si lointain, sur 300 000 hectares, avec deux niveaux d’accès et près de 18 millions d’entrées par jour, Monplaisir est le plus grand parc d’attraction de la galaxie, ainsi que la ville de tous les vices ! Un monde où l’humanité exploitée peut profiter, deux semaines par an, de multiples plaisirs sans aucune limite. Les résidents y croisent aussi bien les visiteurs en mal de divertissement, que des malfrats en tous genres. Pourtant, la cité est extrêmement contrôlée : système  d’intelligence artificielle, nommée A.L.I.C.E., robots nettoyeurs, caméras vidéo de surveillance avec retransmission sur écrans géants… À cela s’ajoute la brigade des Urban Interceptors, qui combat les criminels et autres meurtriers. Zachary Buzz a quitté sa campagne et ferme natales, pour intégrer cette brigade d’élite, extrêmement convoitée. Alors qu’il aurait dû affronter lors de son premier combat « télévisé » le redoutable Antiochus Ebrahimi, tueur à gages, c’est son collègue Isham qui meurt, en direct, sous les yeux de la population avide de grand spectacle et d’un petit garçon, fasciné par les Urban Interceptors… Zachary Buzz se lance sur les traces d’Ebrahimi. Une traque sanglante dans les rues de Monplaisir, où le cynisme côtoie la cruauté, et où les plus vils aspects de l’être humain deviennent la norme. Et comme on est dans la capitale du plaisir, où tout est prétexte à jouer et se divertir, les paris sont lancés !

Des mêmes auteurs: Urban, tome 1

Du même scénariste, dernièrement paru: Holmes, tome 3 avec Cecil

Pour en savoir plus sur Roberto Ricci: http://robertoricci76.blogspot.fr/

.
.
.

Motherfucker, tome 2, Sylvain Ricard et Guillaume Martinez

Dans l’Amérique des années soixante, la ségrégation raciale reste une plaie ouverte depuis la fin de la Guerre de Sécession. Suivant les dix points du plan de propagande et d’éducation du Black Panther Party, Sylvain Ricard et Guillaume Martinez racontent avec force, en un récit coup de poing, cette époque qui n’est toujours pas totalement révolue…

 Il s’appelle Vermont Washington. Si son patronyme est symbole de liberté pour l’Amérique, il ne l’est pas pour lui, jeune afro-américain. Son quotidien, et celui de sa famille, n’est fait que d’injustices, de restrictions, de discriminations et d’humiliation. Ils sont victimes du racisme ordinaire, qui sévit encore en ces années soixante, où le Ku Klux Klan, vestige insupportable de l’esclavage, n’en finit pas de mourir. Une haine omniprésente perçue à travers le travail, l’éducation, les lieux publics… Même les forces de l’ordre soudoyées participent à cette infamie rampante. C’est donc avec le Black Panther Party, mouvement révolutionnaire afro-américain dont il est membre, que Vermont Washington entend lutter, entouré de ses amis (Noirs), pour leurs droits à l’égalité. Il se heurte régulièrement et violemment à son père, chez qui il vit avec sa femme et leur petite fille, celui-ci ayant choisi de faire profil bas et lui conseillant d’en faire autant, jusqu’au jour où il les met tous les trois à la porte de chez lui. Le destin de Vermont Washington est rythmé par le programme des Black Panthers. Au point 6, ils demandent la fin du service militaire pour les Noirs. C’est donc tout naturellement que le Party organise une manifestation contre la guerre du Vietnam, qui est violemment réprimée par la police. Réfugiés dans leur local, Vermont et ses camarades s’apprêtent à subir l’attaque des forces de l’ordre. Durant l’assaut, Douglas, l’un des leaders, est abattu et Vermont arrêté. Jugé et reconnu coupable d’incitation à la haine et de violence aggravée sans circonstances atténuantes, il est condamné à trois ans de détention. Que va devenir sa famille ? Comment sa femme tiendra-t-elle le coup ? Un combat activiste, qui s’est poursuivi génération après génération et qui a sans doute permis, des décennies plus tard, à Barack Obama de devenir le premier président noir américain.

Des mêmes auteurs, chez Futuropolis: Motherfucker, tome 1

Du même scénariste: … à la folie, avec James, 20 ans ferme, avec Nicoby ou encore La Mort dans l’âme, avec Isaac Wens

En librairie le 14 février

Les deux tomes de Motherfucker, réunis sous un étui illustré

Intégrale Oh les filles, de Sophie Michel et Emmanuel Lepage (les deux tomes réunis en un seul volume)


Tout sauf l'amour©Futuropolis 2013
Tout sauf l'amour - page 1 ©Futuropolis 2013
Tout sauf l'amour - page 2 ©Futuropolis 2013
Tout sauf l'amour - page 3 ©Futuropolis 2013
Tout sauf l'amour - page 4 ©Futuropolis 2013
Tout sauf l'amour - page 5 ©Futuropolis 2013
Urban, tome 2 ©Futuropolis 2013
Urban, tome 2 - page 1©Futuropolis 2013
Urban, tome 2 - page 2©Futuropolis 2013
Urban, tome 2 - page 3©Futuropolis 2013
Urban, tome 2 - page 4©Futuropolis 2013
Urban, tome 2 - page 5©Futuropolis 2013
Motherfucker, tome 2 ©Futuropolis 2013
Motherfucker, tome 2 -page 1©Futuropolis 2013
Motherfucker, tome 2 - page 2 ©Futuropolis 2013
Motherfucker, tome 2 -page 3 ©Futuropolis 2013
Motherfucker, tome 2 - page 4©Futuropolis 2013
Motherfucker, tome 2 -page 5 ©Futuropolis 2013
Exauce-nous ©Futuropolis 2013
ETUI-MOTHERFUCKER
COUV_OH_LES-FILLES-INTGRL_WEB

Publié le 7 février 2013 - Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,


  • 0

  • +

  • 2701
    Notez cet article
    Merci
    Une erreur s est produite