En librairie le 6 février

Nvtes-06-02-2014-150px

Une comédie musicale, en bande dessinée, au Musée d’Orsay. Les errances poétiques et artistiques d’un marginal qui vécut au coeur de la forêt de Fontainebleau. Un centre de tri d’ordures en pleine banlieue où chacun tente de survivre et de trouver sa place. L’inlassable combat des Black Panthers dans les années soixante aux États-Unis. C’est tout çà, Futuro.

************************************************************************************************************
Moderne Olympia, de Catherine Meurisse, en coédition avec le Musée d’Orsay

À l’instar de celle qui existe avec le Louvre, une nouvelle collection est initiée avec le musée d’Orsay, et c’est Catherine Meurisse qui l’inaugure de la manière la moins conventionnelle et la plus réjouissante qui soit. L’album le plus drôle jamais publié par Futuro !Il faut tout le talent et l’humour de Catherine Meurisse pour mettre en scène en bande dessinée, au musée d’Orsay, la peinture, le cinéma et la danse : West Side Story ou encore Singing In The Rain se mêlent aux oeuvres de Manet, Toulouse Lautrec, Monet, Degas, Courbet… Ce n’est plus un album, c’est un bouillon de culture !

Olympia, une héroïne moderne Le célèbre tableau de Manet, Olympia, est un peu la Joconde du musée d’Orsay… posant dans son plus simple appareil. On ne pouvait choisir meilleure héroïne pour une aventure au coeur du musée. Peinte en 1863, Olympia a créé le scandale et ouvert la voie de la modernité aux impressionnistes, opposés aux peintres académiques. Au centre de deux clans, celui du Salon des Refusés et celui du Salon Officiel, Olympia est une icône et un pivot dans l’histoire de l’art. Deux clans, une héroïne, un scandale : ce n’est plus de l’histoire de l’art, c’est du cinéma ! Et si le musée d’Orsay était un vaste studio où se tourne, se joue, s’affronte, se fabrique tout un monde d’images et de mythes ? Olympia, jeune actrice pleine de rêves, est pressée de vivre le grand frisson romantique devant la caméra, d’incarner une Juliette passionnée aux côtés d’un Roméo digne de ce nom. Elle se verrait bien en haut de l’affiche, comme Vénus, la star des studios d’Orsay. Mais on ne lui offre que des rôles de figurante, qu’elle incarne avec la même adresse qu’un Peter Sellers dans The Party. La figuration n’est pas faite pour elle, elle le sait, mais que faire pour exister quand on est issue du quartier des Refusés et que les premiers rôles ne sont réservés qu’à l’élite, les Officiels ? Quand, sur un tournage une fois de plus catastrophique, elle tombe amoureuse de Romain, un acteur du clan rival, c’est le début d’une lutte des classes culturelle : l’ensemble de la profession est choqué et les Officiels ne reculent devant aucun coup bas pour empêcher l’union des deux jeunes amoureux. Et c’est sans compter la jalousie de Vénus, diva éternellement flanquée de ses trois cupidons de compagnie, bien décidée à arracher le beau Romain des bras nus d’Olympia… Pour Olympia, le chemin du succès sera chaotique, musical et dansant…

Catherine Meurisse sera en dédicace à la librairie La Manoeuvre (Paris 11e) vendredi 7 février, à 18 et, dans le cadre des « Rencontres Futuropolis aux Mathurins », elle participera à une conférence mercredi 12 mars, au Théâtre des Mathurins (Paris 8e) de 13h à 14h.

Pour achever de vous convaincre, nous vous invitons à découvrir les 20 premières (hilarantes) pages de Moderne Olympia, prépubliées sur notre blog: http://www.futuropolis.fr/en-prepublication-moderne-olympia-de-catherine-meurisse

************************************************************************************************************

Le Grand combat, de Zéphir

Le premier album d’un jeune auteur tout juste sorti de l’école Estienne. Zéphir s’inspire de la vie de Chomo, un artiste écologiste avant l’heure, qui vécut en marge dans la forêt de Fontainebleau, pendant plus de 30 ans.

Dans une cabane, en pleine forêt, entouré de dessins, d’objets de toutes sortes, de sculptures en bois, de pierre, un vieil homme barbu et hirsute sculpte. Quand il est en manque d’inspiration, il part se ressourcer dans cette forêt où il réside maintenant depuis des années. Son regard se pose ainsi sur l’écorce d’un arbre, un feuillage oscillant dans le soleil, un tronc déraciné, l’eau du ruisseau… L’homme se dénude et s’y baigne, apaisé. Un coup de feu retentit dans la forêt. Ce sont des chasseurs qui se retrouvent nez-à-nez avec « le vieux fou », nu, qui les apostrophe : « Assassins ! L’homme évolué ne tuera plus que le temps ! ». Les chasseurs s’en vont. Depuis 10 ans, ils sont habitués à cet ermite, devenue une légende locale, qui ne quitte jamais la forêt, si ce n’est pour récupérer une fois par mois, des objets à la décharge publique voisine, pour construire sa « cité de l’évolution », un palais fait des déchets des autres. Il y a aussi son « mur » sur lequel il écrit tous les jours, ou encore la « grande machine » faite des rebuts de nos sociétés pour créer de nouvelles planètes. Que faisait-il avant ? De quoi vit-il ? Pourquoi fait-il cela ? Mystère… Zéphir propose un regard différent sur le monde tel qu’il va, et sur la place de l’art dans la vie, dans un premier livre sensible et profond.

************************************************************************************************************

Ordures, tome 1/2, de Stéphane Piatzszek et Olivier Cinna

Ils sont trois, Alex, Moudy et Samir, plutôt canailles ou vauriens que délinquants, à vivre tant bien que mal, en marge d’une société qui n’est pas faite pour les intégrer. Un trio singulier, uni dans l’amitié, solidaire dans leur destin pourri, dans leur quotidien navrant. Le dessin de Cinna, aux noirs et blancs denses et âpres, au trait vivant et précis, accompagne au plus juste le récit tendu et subtil de Piatzszek.

Moudy, le Noir, et Alex, le Blanc, travaillent dans un centre de tri d’ordures ménagères en banlieue de Paris. Moudy aime les garçons. Le regard désapprobateur de ses « frères » lui fait quitter le foyer africain où ils sont entassés à 10 par piaule. Il s’installe alors, à proximité des décharges d’ordures, au dernier étage d’une usine désaffectée, promise dans moins d’une semaine à la démolition. Pendant 7 jours, il sera donc le roi qui surplombe son territoire. Samir gagne sa vie en vendant des cigarettes de contrebande, et d’autres substances moins légales, sous le métro aérien des quartiers parisiens malfamés. Il rêve de papiers, qui lui permettraient de quitter la clandestinité, mais à la « préfecture de Barbès », la filière officielle des faux-papiers, on ne fait pas crédit et du blé il n’en a pas assez… C’est ainsi qu’il fait la connaissance de Moudy et d’Alex, en voulant leur piquer leur fric lors d’un deal d’herbe. Soudés dans leur misère quotidienne, leur situation s’aggrave encore lorsque lors d’une manif de sans-papiers durement réprimée par les forces de l’ordre, ils commettent l’irréparable pour sauver leur peau… Moudy, Alex, Samir : voyez ces « ordures », voyez comme ils vivent, voyez comme ils aiment, voyez comme ils rient, voyez comme ils pleurent.

Des mêmes auteurs, chez Futuropolis: Fête des morts

Du même scénariste, chez Futuropolis: Le Temps de vivre, avec Séra et Tsunami, avec Jean-Denis Pendanx

Olivier Cinna sera en dédicace à la Foire du livre de Bruxelles, jeudi 20 février de 16h à 19h et samedi 22 février, de 11h à 13h

************************************************************************************************************

Intégrale Motherfucker, de Sylvain Ricard et Guillaume Martinez

Les deux tomes de Motherfucker (parus en 2012 et 2013) réunis en un format intégral

Sylvain Ricard et Guillaume Martinez nous font revivre l’Amérique des années soixante où la ségrégation entre noirs et blancs reste une cicatrice ouverte depuis la fin de la guerre de Sécession. À l’heure de la présidence d’Obama, un récit indispensable sur l’histoire des luttes pour les droits civiques aux États Unis. Une histoire dont la récente affaire Zimmerman, montre qu’elle n’est peut-être pas encore révolue…

Il s’appelle Vermont Washington. Un nom symbole de la liberté pour l’Amérique, mais guère pour lui, qui est noir. Le quotidien de Vermont et de sa famille n’est fait que d’injustice et d’humiliation. Il est victime du racisme constant sévissant dans cette société où s’agitent encore le racisme et le Ku Klux Klan, vestiges insupportables de l’esclavage et de la guerre de sécession. Membre du Black Panther party, il lutte pour les droits à l’égalité. Pourtant, même ses meilleurs amis blancs auraient tendance à lui conseiller de se tenir à carreau, pour éviter de s’attirer des ennuis. De provocations racistes en humiliations constantes (une personne de couleur est moins bien payée qu’une personne blanche, on refuse de le servir dans les bars…), Vermont Washington nous raconte son tragique destin, rythmé par le programme d’éducation et de lutte en dix points des Black Panthers.

Du même scénariste, chez Futuropolis: … à la folie, avec James, Guerres civiles (2 tomes), avec Christophe Gaultier, La Mort dans l’âme, avec Isaac Wens, 20 ans ferme, avec Nicoby, Toi au moins, tu es mort avant, avec Daniel Casanave.

Du même dessinateur, chez Futuropolis: Le Monde de Lucie (3 tomes parus), avec Kris


Moderne Olympia ©Futuropolis/ Musée d'Orsay Éditions 2014
Moderne Olympia ©Futuropolis/ Musée d'Orsay Éditions 2014
Moderne Olympia ©Futuropolis/ Musée d'Orsay Éditions 2014
Moderne Olympia ©Futuropolis/ Musée d'Orsay Éditions 2014
Moderne Olympia ©Futuropolis/ Musée d'Orsay Éditions 2014
Le Grand combat ©Futuropolis 2014
Le Grand combat ©Futuropolis 2014
Le Grand combat ©Futuropolis 2014
Le Grand combat ©Futuropolis 2014
Le Grand combat ©Futuropolis 2014
Le Grand combat ©Futuropolis 2014
Ordures, tome 1 ©Futuropolis 2014
Ordures, tome 1 ©Futuropolis 2014
Ordures, tome 1 ©Futuropolis 2014
Ordures, tome 1 ©Futuropolis 2014
Ordures, tome 1 ©Futuropolis 2014
Ordures, tome 1 ©Futuropolis 2014
Intégrale Motherfucker ©Futuropolis 2014

Publié le 6 février 2014 - Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,


  • 0

  • +

  • 4216
    Notez cet article
    Merci
    Une erreur s est produite