En librairie les 5 et 26 mars

Parutions-5mars2015-150px

Ce mois-ci, Futuropolis vous propose plusieurs voyages : tout d’abord un vrai, un carnet de route au Turkménistan, un drôle de pays secret sur lequel Troubs porte son regard tendre. Un deuxième, beaucoup plus décalé et trash à travers un demi-siècle de politique américaine, Joe Sacco n’épargne aucune institution et se lâche dans un vrai « comics underground » satirique. Et enfin, une ballade dans le Paris des années 50, avec un voleur de livres, épris de poésie, de vin et de liberté qui cherche sa place dans la faune de Saint-Germain-des-Prés…

*
*
*
*
*

EN LIBRAIRIE LE 5 MARS

Bumf, volume 1, de Joe Sacco

Armée, politique, clergé, Joe Sacco ne respecte aucune institution ! Il l’affirme haut et fort « Bumf est un comics underground, dans l’esprit de ceux de Robert Crumb qui ira là où il doit aller et fera ce qu’il a à faire ! »

Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. Or, la terre était informe, et vide ; les ténèbres couvraient l’abîme. Et l’Esprit de Dieu planait au-dessus des eaux. Et Dieu dit alors : que la lumière soit … Des millénaires plus tard, nous devons constater que cela a sacrément dérapé : pollution, violence, pauvreté, corruption… C’est dans ce contexte particulier que le capitaine d’aviation Joe Sacco, de l’escadron 6147, est amené à bombarder Téhéran. Heureusement, son identité d’auteur de roman graphique est révélé et il redevient simple soldat, assistant d’un colonel moustachu et bedonnant qui, pour en découdre avec l’ennemi teuton, a décidé de « baiser le Kaiser » et ses hommes ; Par conséquent, il vit nu, prêt à donner de sa personne ! Bumf nous ramène donc au début de la carrière de Sacco, à l’époque où il était dessinateur humoristique d’avant-garde. Bien qu’il soit désormais connu du monde entier pour ses ouvrages de reportages et de réflexion telsGaza 1956 ou Gorazde, Sacco a d’abord travaillé le dessin d’humour, la caricature et la satire, dont il est aussi acteur puisqu’il se met en scène. Avec ce dernier volume, Sacco nous prie d’avance de l’excuser : « Les gens attendent bien mieux de moi. Après cela, il est peu probable que l’on me retrouve sur un timbre ! »

Bumf est un livre drôle, trash, qui n’a pas peur d’être outrancier. Pamphlet à l’humour noir, Bumf convoque Nixon, Michèle Obama, Bush père et fils dans un joyeux désordre, mais aussi Clint Eastwood ou Charlton « Moïse » Heston… Joe Sacco libère sa plume et son esprit pour nous faire part de ses considérations politiques et religieuses. Une vision décalée hilarante d’un demi-siècle de politique américaine.

L’album est paru aux états-Unis en octobre 2014.

De Joe Sacco, chez Futuropolis: Gaza 1956, Reportages, Jours de destruction, jours de révolte, avec Chris Hedges, La Grande guerre.

*********************************************************************************************************************************

Le Voleur de livres, d’Alessandro Tota et Pierre van Hove

Paris, années 1950. Sartre et l’existentialisme quadrillent Saint-Germain-des-prés. Daniel Brodin, étudiant en droit en Sorbonne et féru de poésie vit à Aubervilliers, chez son oncle, communiste. Il s’ennuie, il est seul. Il attend de vivre une autre vie que celle de sa famille, mais laquelle ?

Il songe au suicide et trouve réconfort dans la poésie, volant des ouvrages en librairie, au petit bonheur la chance, puisqu’il est sans argent. C’est un poète, du moins le prétend-il. Au café Serbier, fréquenté par la fine fleur de l’intelligentsia parisienne, il est prié de déclamer un poème de sa composition. Il déclame alors un poème italien, pensant que personne ne le connaît. C’est un plagiat, mais c’est un triomphe ! Cette imposture – vue comme une oeuvre d’art – va lui donner ses lettres de noblesse et il devient rapidement légitime d’une bande de débauchés cultivés, artistes libertaires, volontairement désoeuvrés, délinquants, alcooliques, d’où émergent Gilles la tête pensante, Jean-Michel la tête brûlée, Ed la tête en l’air, et d’autres encore tous plus singuliers les uns que les autres. Et puis, il y a Colette, jolie tête bien faite, dont Daniel tombe amoureux… La gloire de Daniel durera le temps des roses, jusqu’à ce que Jean-Michel le détrône, devenant à son tour la coqueluche du Tout-Paris littéraire. Et, quand l’étoile de celui-ci ne brillera plus, il faudra bien se résoudre à vivre d’expédients, et les choses iront de mal en pis… La vie est le terrain de jeu de l’art, l’imposture et la provocation sont les seules expressions artistiques possibles…

Une comédie dramatique, drôle et féroce, dans le milieu littéraire parisien des années 50, des bistrots où l’on déclamait en prose en fumant des cigarettes aux salons de Gaston Gallimard fréquentés par autant d’escrocs littéraires que de fins esprits !

Pour en savoir plus sur les auteurs : http://pier-vanhove.blogspot.fr/ et http://alessandrotota.com/

★★★ Futuropolis vous convie à la soirée de lancement qui aura lieu jeudi 12 mars, à 19h, à la librairie Comme un roman ★★★

Librairie Comme un roman

39, rue de Bretagne

75003 Paris

https://www.facebook.com/events/1417728791859884/

*********************************************************************************************************************************

Sables noirs, 20 semaines au Turkémistan, Troubs

Comment peut-on être Turkmen ? Coincé entre la mer Caspienne, le Kazakhstan, l’Ouzbekistan, l’Iran et l’Afghanistan, le Turkmenistan est l’un des états les plus secrets du monde. Dirigée par le chef du parti unique Gurbanguly Berdimuhamedow, l’ancienne République soviétique a tissé des liens commerciaux avec la France. Et quelques liens culturels, permettant ainsi à Troubs de se rendre en 2009 dans ce mystérieux pays dont il nous fait découvrir la géographie ; d’impressionnantes architectures au-dessus du désert de sables noirs.

Lorsque Troubs arrive à Achgabat, la première question que lui posent les Turkmènes en découvrant sa nationalité est « Travaillez-vous pour Bouygues ? » Alors que la culture hexagonale est portée hors de nos frontières par les seules figures de Pierre Richard et Gérard Depardieu, Troubs est invité par le Centre Culturel Français pour superviser un recueil de poèmes de Jacques Prévert illustrés par des artistes locaux. Un événement pour ce pays où le livre le mieux distribué, outre le Coran, est Rhunama, écrit par l’ancien président. « Au Turkmenistan, c’est les silences qu’il faut entendre ».Comme à son accoutumée, Troubs part à la rencontre des autochtones et nous fait voyager dans ce pays méconnu, avec sensibilité et humour. Au fil de ses pérégrinations, il découvre un pays déroutant, contrasté, à l’architecture étonnante, traversé par des autoroutes dépeuplées, au désert habité de quelques yourtes et de chameaux. Troubs est un grand voyageur qui aime faire partager ses découvertes aux lecteurs : l’Australie, la Chine, la Polynésie, Madagascar, Bornéo, le Vietnam, le Mexique…. mais aussi la Dordogne et même le pré aux vaches qui jouxte sa maison. « Depuis 1991, la culture Turkmène est réduite à sa plus simple expression : folklorique, artisanale ou traditionnelle, mais avant tout dépolitisée. Et les artistes se doivent aussi de l’être. Ils travaillent sur des thèmes qui ne dérangent personne » On peut feuilleter Sables noirs comme un carnet de route mais on aura l’assurance d’abord que Troubs est un fin observateur du monde qu’il parcourt, un témoin attentif des vies qu’il partage en voyage. Un itinérant à l’acuité singulière. Prévert est toujours dans le désert ; les traductions et illustrations de ses poèmes n’ont pas encore pu être publiées…

Du même auteur chez Futuropolis : Le Paradis en quelque sorte (90 jours à Bornéo), Immigrants et Rupestres!, collectifs, Va’a, une saison aux Tuamotu, avec Benjamin Flao

Troubs participera au festival Vendanges graphiques, les 14 et 15 mars à Combrieu (69) , en dédicace vendredi 20 mars à la librairie BD Net Nation (Paris 20e), au festival BD à Bastia, du 26 au 29 mars et au salon l’Escale du livre, à Bordeaux, du 10 au 12 avril.

*********************************************************************************************************************************

EN LIBRAIRIE LE 26 MARS

Les Ménines, de Santiago Garcia et Javier Olivares, traduit de l’espagnol par Hélène Dauniol-Remaud

Un autre regard sur le roi des peintres, Diego Vélasquez. Les Ménines, peint en 1656, est certainement le tableau le plus célèbre de Diego Vélasquez. Il est exposé au Prado, à Madrid.

« Mais bien sûr que ce n’est pas authentique, Monsieur. C’est un miroir »
Alors qu’une exposition rétrospective exceptionnelle consacrée à Vélasquez, le peintre des peintres, s’ouvre en mars prochain à Paris au Grand Palais, un livre de bande dessinée revient sur la création de son chef d’œuvre, Les Ménines et la perception de ce tableau par ses contemporains d’alors, mais aussi la résonance et l’influence qu’il a eu chez Picasso ou Dali. Durant des siècles, le tableau représentant la famille de Philippe IV d’Espagne a été le centre d’attraction du Prado et a inspiré les artistes, les écrivains et nombre d’intellectuels comme la Joconde au Louvre. Cependant Diego Vélasquez est l’un des peintres les plus mystérieux de son époque, et Les Ménines , son chef d’œuvre, sommet de la peinture baroque espagnole, est peut-être le plus étrange des tableaux de la peinture occidentale. Après avoir passé sa vie à la cour, au service de Philippe IV, le maître est enfin nommé chevalier en 1658, malgré è les protestations de la noblesse qui considère alors qu’un peintre ne peut être pareillement distingué.

Les Ménines est une œuvre de fiction à la narration apparemment désarticulée pour mieux suivre la fièvre et l’élan artistique. Garcia & Olivares ne suivent pas une chronologie pour un récit académique mais choisissent de filer le prolongement des rencontres, des découvertes et des influences qui nourrissent les artistes, et d’être dans le sens des digressions de la pensée. Vélasquez est encore vivant ! Les Ménines, travail vif, piquant et coloré, trouve appui sur des dates, des événements et des informations avérées. Le travail de Garcia & Olivares, écriture et dessin expressifs et audacieux, est ponctué de références littéraires et appellent Foucault, Baltasar Gracian, Borges, Antonio Buero Vallejo, à l’instar de Vélasquez qui convoquait les inspirations du Titien, du Tintoret ou Dürer. Les Ménines n’est pas seulement l’histoire d’une œuvre d’art, mais raconte également comment celle-ci se transforme en symbole, passant les siècles. En héritage…

Paru en octobre dernier en Espagne, l’album de Garcia & Olivares est considéré par la critique comme le meilleur roman graphique espagnol de l’année 2014.

Les œuvres de Diego Velasquez seront à l’honneur au musée du Grand Palais, du 25 mars au 13 juillet 2015 : http://www.grandpalais.fr/fr/evenement/velazquez

*********************************************************************************************************************************


L’Échappée de Grégory Mardon

L’herbe est-elle plus verte ailleurs ? Un homme, la quarantaine sonnée, marié-deux enfants, mène une vie bien réglée, file la petite mécanique routinière des jours dans une grande ville occidentale, en bord de mer. Un jour, il est attiré par l’horizon maritime qui se dégage entre deux immeubles, une perspective qu’il ne voyait plus et qui lui insuffle un petit pas de côté qui devient un grand écart. Le quadragénaire impavide ne reviendra pas sur ses pas…

Sur un coup de tête, il met les voiles, et sans prévenir, il prend un billet sur un paquebot pour partir. Ailleurs. Loin. Hélas, ce bateau est pris dans une violente tempête. Seul rescapé, le voici naufragé sur une ile. Là, habite une communauté très particulière qui vit dans une harmonie provoquée par des médicaments qui rendent « heureux », a priori. Il va partager cette harmonie chimique jusqu’au jour où il oublie de prendre ses pilules et retrouve son libre arbitre. Il décide de s’enfuir à nouveau …

Grégory Mardon, en 220 planches muettes, tente d’y répondre à travers un récit cocasse sur notre envie à tous – et récurrente chez certains sujets – de changer de vie, de trouver le bonheur ailleurs que sous nos pieds, et qui peut devenir une perpétuelle fuite en avant. Une écriture graphique appuyée par un travail chromatique singulier qui régénère avec légèreté notre réflexion sur nos errances mentales et freine nos tergiversations incessantes d’occidentaux gâtés ; L’échappée devient belle. Mardon conjuguent géographie intime et géographie des lieux dans des teintes vives et joyeuses, se moquant joliment des tribulations de l’homme moderne toujours en quête de mieux…

Du même auteur, chez Futuropolis: Le Fils de l’ogre et Sarah Cole (d’après Russell Banks)

* Dates à ne pas manquer *

Grégory Mardon sera en dédicace au festival Livre et Mer de Concarneau, du 3 au 5 avril http://www.livremer.org/

jeudi 9 avril à la librairie Super Héros (175, rue St Martin, Paris 3e) http://www.librairie-superheros.com/index.php

mercredi 15 avril à la librairie Opéra BD (2, rue des Tournelles, Paris 4e) http://www.operabd.com/

jeudi 23 avril à la librairie Univers BD (39, boulevard Saint-Martin, Paris 3e) http://www.univers-bd.fr/


Bumf, vol 1, Joe Sacco ©Futuropolis 2015 pour la traduction française
Bumf, vol 1, Joe Sacco ©Futuropolis 2015 pour la traduction française
Bumf, vol 1, Joe Sacco ©Futuropolis 2015 pour la traduction française
Bumf, vol 1, Joe Sacco ©Futuropolis 2015 pour la traduction française
Bumf, vol 1, Joe Sacco ©Futuropolis 2015 pour la traduction française
Le Voleur de livres, Alessandro Tota et Pierre van Hove ©Futuropolis 2015
Le Voleur de livres, Alessandro Tota et Pierre van Hove ©Futuropolis 2015
Le Voleur de livres, Alessandro Tota et Pierre van Hove ©Futuropolis 2015
Le Voleur de livres, Alessandro Tota et Pierre van Hove ©Futuropolis 2015
Le Voleur de livres, Alessandro Tota et Pierre van Hove ©Futuropolis 2015
Le Voleur de livres, Alessandro Tota et Pierre van Hove ©Futuropolis 2015
Sables noirs, Troubs ©Futuropolis 2015
Sables noirs, Troubs ©Futuropolis 2015
Sables noirs, Troubs ©Futuropolis 2015
Sables noirs, Troubs ©Futuropolis 2015
Sables noirs, Troubs ©Futuropolis 2015
Les Ménines ©Futuropolis 2015 pour l'édition française
Les Ménines, p3 ©Futuropolis 2015 pour l'édition française
Les Ménines, p4 ©Futuropolis 2015 pour l'édition française
Les Ménines, p5 ©Futuropolis 2015 pour l'édition française
Les Ménines, p6 ©Futuropolis 2015 pour l'édition française
Les Ménines, p7 ©Futuropolis 2015 pour l'édition française
L'Échappée ©Futuropolis 2015
L'Échappée, p3©Futuropolis 2015
L'Échappée, p4©Futuropolis 2015
L'Échappée, p5©Futuropolis 2015
L'Échappée, p6©Futuropolis 2015
L'Échappée, p7©Futuropolis 2015

Publié le 5 mars 2015 - Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,


  • 0

  • +

  • 5490
    Notez cet article
    Merci
    Une erreur s est produite